[Sion2026] Frédéric Favre présentera des séances d’information simultanément grâce à un hologramme

Frédéric Favre a le vent en poupe. Conférence par ci, interview par là, le conseiller d’Etat n’est jamais très loin lorsqu’un débat sur les Jeux Olympiques est engagé. Dédé Fragnière, habitué du bar l’Igloo à Veysonnaz nous le confirme : “Je buvais tranquillement un jus sur la terrasse mardi quand j’ai commencé à critiquer la propagande des JO avec mon copain Flonflon. Tout d’un coup, Frédéric Favre est arrivé de nulle part pour nous présenter, graphiques en main, sa version des faits pendant plus de 30 minutes ! Et de poursuivre :  “On a vraiment eu les chocottes, je suis parti immédiatement engueuler la sommiche (NDLR: la sommelière) pour lui demander ce qu’elle avait foutu dans le Gamay.” Ce qui est arrivé aux deux copains ne semble pas être un cas unique. Plusieurs histoires du même genre nous ont été rapportées.

Hologramme aussi au bistrot ?

Y aurait-il un rapport avec le projet d’hologramme de Frédéric Favre qui souhaite démultiplier sa personne pour convaincre le maximum de Valaisans à glisser un oui dans les urnes le 10 juin prochain ? Peut-être. Par manque de temps, il ne pourra participer à toutes les séances d’information destinées aux communes valaisannes et répondre à toutes les sollicitations médiatiques. C’est donc en collaboration avec l’EPFL qu’un hologramme de l’élu PLR devrait voir le jour au mois d’avril afin de participer simultanément à plusieurs rendez-vous. Quelques communes se sont déjà montrées intéressées et ont agendé une soirée d’information avec une réplique du Conseiller d’Etat. Des cafés ont également exprimé leur intérêt afin d’attirer de la clientèle. Sis en vieille ville de Sion, le bar de la Grenette a lui aussi formulé une demande de Frédéric Favre en hologramme dans le cadre d’une soirée privée.

Après Jean-Luc Mélenchon, Frédéric Favre deviendra donc le deuxième politicien à apparaître sous forme d’hologramme. Si le financement de la prouesse technologique reste encore mystérieux, nul doute qu’il fera grincer des dents à l’heure où le budget des JO est au cœur des tous les débats.

Sigurbjörn Chabbey