[Réouverture de CMA] Christophe Darbellay pressenti comme médiateur pour la rencontre Trump – Kim Jong-Un

Les heures de sommeil de Christophe Darbellay sur les trois derniers jours se comptent sur les doigts d’une main. Après avoir passé de longues heures au chevet des remontées mécaniques de Crans-Montana Aminona et des communes du Haut-Plateau, le conseiller d’Etat valaisan a été coupé dans son sommeil par un téléphone venu d’Asie. «J’ai été le premier surpris, souligne le principal intéressé. Au début j’ai cru à un canular de Fred à propos de Sion 2026.» Pourtant, au bout du fil, le ministre de l’économie ne reconnait pas l’accent si particulier de son collègue du Conseil d’Etat. «Il avait une bonne diction et parlait parfaitement anglais, je me suis assez rapidement rendu compte que ça ne pouvait pas être Favre.»

Trois hommes pour une rencontre au sommet

Ce réveil inattendu n’était donc pas dû au conseiller d’Etat PLR, mais a un autre membre haut placé sur l’échiquier politique international: Chung Eui-Yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité. D’abord certain d’être dans un rêve – ou un cauchemar, c’est selon -, Christophe Darbellay retrouve rapidement ses esprits. «Monsieur le ministre, nous avons entendu parler de vos prouesses en qualité de médiateur dans l’affaire entre CMA et les communes du Haut-Plateau. Tout notre pays a été scotché de voir que vous êtes parvenus à un accord», a expliqué le conseiller à la Sécurité. Acceptant les félicitations, avec sa modestie habituelle, le Valaisan s’interroge. «Si c’était uniquement pour des félicitations, il aurait pu attendre 8 heures du matin. Je me suis dit qu’il voulait sans doute quelque chose de plus.» Et une fois de plus sa clairvoyance ne le trompait pas. «Monsieur Darbellay, nous avons une faveur à vous demander: seriez-vous prêt à jouer les médiateurs lors de la rencontre prévue entre Kim Jong-Un et le président américain Donald Trump ?»

Un nouveau conflit majeur à résoudre

«J’avoue que sur le coup je suis tombé sur le cul, lâche le conseiller d’État du Vieux Pays. Aller en Corée, en pleine campagne pour Sion 2026, c’est risqué.» Mais Chung Eui-Yong a su se montrer persuasif. «Il m’a dit qu’ensuite je pourrais visiter les installations de PyeongChang qui ne se situent pas loin de la zone démilitarisée où aura lieu la rencontre. Peut-être que je pourrais négocier avec les Sud-Coréens pour ramener un tremplin de saut à ski et un anneau pour le patinage de vitesse.» Après avoir résolu le conflit entre CMA et les communes du Haut-Plateau, Christophe Darbellay s’attaquera donc à un autre conflit majeur de ce siècle. Une nouvelle médiation qui pourrait gommer les errances des gestionnaires du Haut-Plateau et redorer au bon moment l’image de la candidature Sion 2026.

Vital Monnet