[Loye] Une famille revisite l’énigme du chou, de la chèvre et du loup. Le drame évité de justesse

«Un pauvre Anniviard possédait un loup, une chèvre et un chou. Il devait se rendre à Salquenen pour vendre ces trois là et pouvoir ainsi s’offrir la nouvelle Imprezz’. Il arriva au Rhône, où une petite barque l’attendait. Malheureusement, cette embarcation ne possédait que deux places. L’Anniviard pourrait seulement faire traverser un seul de ses biens à la fois. Il devait aussi tenir compte du fait que s’il laissait seuls, le loup et la chèvre, cette dernière se ferait dévorer. De la même façon, la chèvre, seule avec le chou, n’en ferait qu’une bouchée. Comment le paysan a-t-il pu faire traverser tout ce beau monde et atteindre l’autre bout de la rive?»

De la théorie à la pratique

Assise sur le canapé du salon, Yvette Théoduloz relit une fois de plus le problème de logique sur lequel sa petite Ursule, 12 ans, s’est cassé la tête durant une semaine. «Disons que c’est pas vraiment une future Prix Nobel, confesse la mère de famille à demi-mot. Les maths et elle, ça croche un peu depuis l’enfantine.» Mais pour aider sa fille a résonné, la résidente de Loye a développé une technique au fil des ans: transformer la théorie en pratique, pour que sa cadette puisse visualiser le problème et le résoudre plus facilement ensuite. «Au début, c’était des histoires de bonbons: j’ai cinq bonbons, j’ai donne un à ma sœur, combien m’en reste-t-il ? Tout le monde a pris un peu de poids, mais on pouvait gérer.» Mais le temps passant, les devoirs ramenés par Ursule à la maison se sont corsés. «Je vous raconte pas la galère pour lui apprendre le livret du 12», soupire sa maman.

Des efforts mais que dans un sens

Et finalement, l’énigme «du loup, de la chèvre et du chou» est tombée sur la table de la cuisine familiale lundi soir. «On a d’abord pensé à utiliser des figurines animalières, mais elle ne comprenait rien.» Impuissante, la mère de famille décide d’employer les grands moyens. «On a appâté un loup dans l’enclos à chèvres qui se trouve devant la maison. J’avais pris soin d’y déposer un chou avant.» Comme attendu, la chèvre s’est attaquée au chou et le loup a fini par saisir la chère au coup. «Le problème, c’est qu’Ursule a refusé de sortir de la maison pour les séparer. S’il n’y a que nous qui faisons des efforts pour son éducation, alors c’est peine perdue.»

Vital Monnet