[Isérables] Forte vague de protestation après l’installation d’une antenne 1G sur les hauts du village

«On commence par ça et après c’est la porte ouverte aux ordinateurs, aux migrants et au SIDA.» Assis devant la porte de l’église d’Isérables, Pierrot Fort est atterré. Au-dessus de lui, placardé contre la porte du lieu de recueillement, se trouve une affiche paraphée «Swisscom». Celle-ci annonce l’installation d’une antenne 1G sur les hauts du village. «Que des problèmes, que des problèmes…», répète-t-il laconiquement en secouant la tête. «J’ai des enfants et des petits-enfants moi, je ne veux pas qu’ils grandissent et se fassent broyer par la grande machine de la technologie. On a déjà un télégraphe ici, c’est bien suffisant.»

Cheni de Riddans

Ce télégraphe, les habitants d’Isérables se sont d’ailleurs dépêchés de l’utiliser pour envoyer un télégramme au géant de la téléphonie. «On avait d’abord expédié un parchemin sur un pigeon, mais il a dû se faire saborder par ceux de la plaine… Cheni de Riddans!», lâche Jules Monnet qui a rejoint son ami Pierrot sous le porche de l’église. «On ne veut pas de ça chez nous, le téléphérique a déjà ‘mené suffisamment de cochonneries dans le village.» Grâce à la missive envoyée «aux gens de la ville», les Bédjuis espèrent que Swisscom renoncera à l’installation de son antenne téléphonique de première génération. «De toute façon, qui voudriez-vous qu’on appelle ?!», soulève Pierrot Fort. «Si j’ai quelque chose à dire à quelqu’un, je vais toquer chez lui et je lui dis. Pas besoin de se cacher derrière ces appareils de malheur.»

Une fourche plutôt qu’une antenne

D’autant plus qu’avec la possible arrivée de la 1G dans le village, la plupart des résidents craignent pour l’économie locale et pour l’esprit communautaire. «Avec la technologie, les gens se ferment, les bistrots aussi», argumente Jules Monnet. «Croyez-moi, qu’ils essaient de se pointer à Isérables avec leur antenne, on les recevra fourche à la main. Et on verra bien laquelle des deux est la plus pointue.»

Vital Monnet