[Evolène] La découverte du feu fait cinq blessés

«On savait que ce jour arriverait, on espérait juste qu’il arrive un peu plus tard.» C’est un Charly Fauchère défait qui répond au télégramme de L’Alcazar ce mardi en fin d’après-midi. Le responsable du maintien de la tradition et des croyances populaires à Evolène sait bien que lui et son équipe ont failli. «Les autorités communales m’avaient confié une mission que je n’ai pas su mener à bien, explique la mort dans l’âme, le doyen du village des Haudères. C’est un déshonneur pour moi et ma famille, nous étions les gardiens du secret depuis 24 générations.» Ce secret si bien gardé n’est autre que l’existence du feu. «J’avais vu le feu en plaine avec mon père lors de ma cérémonie d’initiation, mais depuis j’avais fait en sorte d’éloigner cette menace du village», confie Charly Fauchère.

L’étranger apporte le malheur

Pourtant, dans la nuit du Nouvel An 2019, le «Mal orangé» – comme l’appellent les anciens – est venu semer le trouble dans un bistrot d’Evolène. «Le feu est arrivé, une mèche a été allumée, un pétard a explosé et cinq personnes ont été blessées», confirme encore sous le choc Prune Maistre, gérante de l’établissement. «Après l’explosion, chacun est rentré chez soi, on savait que notre monde ne serait plus jamais le même.» Mais comment donc expliquer qu’Evolène, qui avait su se préserver de ce drame durant des siècles, ait fini par y succomber? «C’était le Nouvel An, toute la brigade du maintien de la tradition et des croyances populaires était un peu pétée, confesse Charly Fauchère. On a été un peu plus laxiste que d’habitude sur les fouilles à la frontière de la commune.» Résultat, «un étranger» – comme le qualifient les habitants du coin – est parvenu à s’introduire sur le territoire d’Evolène. Prune Maistre confirme d’ailleurs cette hypothèse. «Il y avait un gars avec un accent bizarre et qui n’avait pas sa sœur sur ses genoux, mais je ne m’en suis pas trop inquiétée, c’était Nouvel An.»

Mais où est l’outil ?

Selon les premiers éléments de l’enquête lancée par Charly Fauchère et sa brigade, un habitant de Vex serait à l’origine du drame. «Tout ce qu’on espère c’est qu’il n’a pas abandonné sur place l’outil qui lui a permis de mettre le feu. On a déjà suffisamment de problèmes à gérer nos bars quand il n’y a que de l’alcool à disposition des habitants, alors imaginez si l’un d’eux devait maîtriser le feu!». Evolène devrait alors faire face à un cocktail explosif, assurément.

Vital Monnet