[Epidémie de grippe intestinale] Stéphane Henchoz: «je savais que regarder le best-off du FC Sion de la saison dernière comportait des risques»

Stéphane Henchoz n’est pas homme à se défiler. Au moment de se présenter en conférence de presse à Crans-Montana, le nouvel entraîneur du FC Sion décide de jouer la carte de la franchise. «J’assume une part de responsabilité importante dans l’épidémie de grippe intestinale qui touche mon équipe.» La confession faite, le coach fribourgeois tente de se justifier. «La réalité, c’est que même ici sur le Haut-Plateau, la canicule nous fait souffrir. J’ai voulu proposer un après-midi un peu plus récréatif aux joueurs.» Si Adryan a proposé une activité «poker pour tous», l’ancien défenseur de Liverpool a plutôt opté pour une séance vidéo. «Avec mon staff, on avait compilé un best-off du FC Sion version 2018-2019, le problème c’est qu’il ne durait que 46 secondes, on a donc dû rajouter d’autres bouts de match.»

Echange chaise contre trône

Si Stéphane Henchoz concède «qu’il avait conscience de prendre un risque au moment de la diffusion», l’ancien coach de Xamax n’avait jamais envisagé pareil résultat. «Les nouveaux joueurs ont rapidement demandé à quitter la salle, mais on n’a pas saisi suffisamment rapidement l’ampleur du phénomène.» Au terme de la projection, seuls quelques membres de la première équipe n’avaient pas échangé leur chaise pour un trône. «Moi qui voulais réduire mon contingent, j’ai été servi», soupire l’entraîneur des Valaisans.

CC se montre clément

Habitué à enclencher la guillotine au moindre faux-pas de ses coachs, Christian Constantin a décidé de se montre clément pour le coup. «C’est une situation de m**** pour Stéphane, il débarque à Crans, on lui avait promis un séjour cinq étoiles et de la gastronomie dans les assiettes, mais pour le moment il a seulement la gastro.»