Douze blessés après de violentes altercations au Jardin des Vins : il servait du vin vaudois

SION – De tristes scènes d’émeutes urbaines se sont produites samedi en fin d’après midi aux Iles à Sion. Ce qui devait être une journée placée sous le signe de la fête en ce samedi ensoleillé a viré au semi-drame.

Il était environ 15h40 quand “l’Amical des Hommes de Granois”, a commencé à s’en prendre violemment aux tenanciers du stand “Cave Nirici”. La raison ? Les gérants avaient discrètement servis du chasselas de Saint-Saphorin (NDLR: “vin” vaudois) en lieu et place du traditionnel fendant. C’est grâce à l’œil avisé de Gaston Héritier (NDLR: fils à Jacky le boulanger) que le groupe de Saviésans a découvert la tromperie. Choqué d’avoir dû ingurgiter plusieurs bouteilles d’un vin étranger, l’Amical commence à hausser le ton avec le patron. Les noms d’oiseaux fusent. Le coup de grâce est porté lorsque “Pantoufle” Zuchuat remarque le patronyme à consonance contheysanne du gérant comme il nous le confirme : “J’étais resté très calme, j’avais laissé les copains qui s’excitaient avec ces margoulins pendant que je nettoyais ma bouche avec la fiole de goutte au grand-père. Mais quand je suis revenu et que j’ai remarqué que machin s’appelait Lucien Germanier, j’ai pas hésité à lui foutre une dans le porte-moque.” Pantoufle poursuit son récit en usant pléthores insultes et gestes ostentatoires que nous préférons censurer par respect pour les personnes les plus sensibles.

En quelques minutes le stand est démonté et les coups pleuvent dans tout les sens. Le personnel de la cave, épaulé par des amis présents sur place, réplique à coup de bouteilles de St-Saphorin. Le bilan de la bagarre est lourd : 12 blessés, éclaboussés par du vin vaudois et victimes d’une réaction allergique, ont dû être hospitalisés. Les organisateurs du Jardin des Vins déplorent et condamnent ces incidents dans un communiqué diffusé ce matin. Ils promettent que l’année prochaine la sécurité sera renforcée. La rédaction de l’Alcazar partage également ce point de vue et regrette qu’il devienne de plus en plus difficile de s’enivrer gaillardement sans risquer de s’en prendre une derrière le cotzon.

Ouiyam Remondeulaz

Une pensée sur “Douze blessés après de violentes altercations au Jardin des Vins : il servait du vin vaudois

Commentaires fermés.