[Climat] Afin de diminuer leur empreinte carbone, des étudiants du Collège des Creusets ont décidé d’arrêter de respirer pendant une heure par jour

Les lycéens des Creusets veulent le prouver semaines après semaines, ils sont définitivement «plus chauds que le climat.» Après avoir pris part à la marche pour le climat, lutter pour une réduction de la viande dans leur assiette à midi et proposer l’interdiction des échanges linguistiques à l’autre bout de la planète, les étudiants du collège sédunois poursuivent sur leur lancée. Leur dernière idée: stopper leur respiration durant une heure chaque jour, afin de diminuer leur empreinte carbone.

Si Inès le dit…

«C’est le recteur qui nous a donnés cette idée lors de la soixante-cinquième réunion du mois du groupement développement durable du LCC», souligne Jeanloup Vaquin, porte-parole des étudiants. «C’est magnifique de voir un tel engouement au sein des professeurs, même s’il aurait pu éviter de le dire en hurlant.» La décision est donc prise: durant une heure chaque jour, les collégiens vont donc tout bonnement et simplement arrêter de respirer. «Certains étaient réticents au début. Mais Inès Gex-Fabry, qui est en 3e année option latin-grec et qui fait souvent de l’apnée aux Îles, nous a clairement dit que c’était jouable avec un peu d’entraînement.»

Plus de douche, plus de fenêtre

Du côté du corps professoral, la nouvelle a été accueillie avec une joie certaine. «Nous leur avons même proposé de prendre cette heure sans respirer sur les horaires de cours. Cela nous permettra de souffler pendant au moins 60 minutes», confie Louise Saudan, professeure de géographie. Mais ce répit sonore pourrait bien s’accompagner d’autres désagréments, notamment au niveau olfactif, puisque le groupement développement durable réfléchit déjà à sa prochaine action. «La majorité des élèves se sont engagés à ne plus prendre de douche après les cours de gymnastique, car les économies pour le climat sont bonnes à prendre dans tous les domaines.» Et comme les collégiens ne sont jamais en manque d’idées, ils réfléchissent déjà à l’action qu’ils mèneront à l’approche de l’été. «Nous souhaiterions condamner toutes les fenêtres des bâtiments des Creusets, cela nous permettrait de nous rapprocher encore un peu plus de notre slogan. Et d’être définitivement plus chaud que le climat», conclut avec fierté Jeanloup Vaquin.

Vital Monnet