[Chantier de l’A9] L’Etat du Valais confirme que les Gilets jaunes bloquent le chantier de l’autoroute du Haut depuis six ans

Le timing n’est sans doute pas idéal; un 31 décembre, à quelques heures du Nouvel An, alors que tout un canton se préparait à faire la fête. Oui mais voilà, c’est pourtant ce lundi-là que Jacques Melly a décidé de faire la lumière sur l’un des plus gros mensonges de l’Etat du Valais. «Et pourtant Dieu sait s’il y avait du niveau jusque-là», lâche dans un rire jaune le conseiller d’Etat valaisan. «Franchement ça devenait insoutenable, il fallait que la vérité éclate au grand jour.» L’Etat du Valais et son chef du département de la mobilité l’ont donc avoué: dans le Haut-Valais les Gilets jaunes bloquent le chantier de l’A9 depuis six ans.

Entre France et français

«Notre «Acte 7» à nous débutera mardi 1er janvier, confirme Billy Brux, porte-parole des Gilets jaunes valaisans. Autant vous dire qu’à côté de nous, les Français passent pour des guignols.» Mais comment le canton est-il parvenu à passer sous silence six longues années de blocus? «On a joué la carte de l’incompétence, puisqu’on a toujours fait comme ça», confesse Jacques Melly. Un chef de département qui a aussi été aidé par le clivage Haut-Valais – Bas-Valais. «Qui s’intéresse à ce qui se passe chez les bourbines, franchement? Certains Martignerains ne savent même pas qu’il y a des Valaisans qui habitent après Sierre.»

Schmidt à la rescousse

Ce clivage marqué, Billy Brux et ses partenaires ont dû apprendre à vivre avec. «Lors des toutes premières négociations pour arrêter les travaux ont a rapidement saisi que Jacques Melly ne comprenait pas un mot de nos revendications.» Une deuxième rencontre a donc été agendée en compagnie de Roberto Schmidt – qui devait servir de traducteur pour l’occasion. «Mais il n’est jamais arrivé au rendez-vous, il a simplement envoyé un SMS en prétextant qu’il s’était trompé de sortie d’autoroute», affirme Billy Brux.

Vital Monnet