[Bas-Valais] La commune d’Isérables renommée Iséarabes

Comme à chaque fin d’année, l’État du Valais doit fournir à la confédération une liste précise de ses communes, et cela depuis que les fusions sont de plus en plus fréquentes.

Or, cette année, suite à un malheureux accident d’apéro (un verre de blanc avait détruit l’ordinateur contenant le fichier excel avec toutes les communes), un jeune stagiaire non payé, Brandon avait été chargé de refaire ce fameux fichier. Sa tâche était de simplement recopier le nom des communes. Malheureusement, pour son avenir professionnel à l’État et pour les bédjuis, il a écorché le nom de la commune, en retranscrivant “Iséarabes”. Les autorités cantonales s’en sont rendues compte trop tard et Berne a été clair sur le sujet, il faudra attendre une année pour rechanger le nom du village.

Comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle n’a pas été bien accueillie du côté d’Iséarabes. L’équipe de l’Alcazar a voulu aller prendre la température qui s’annonçait autant chaude que dans le désert du Sahara. Nous avons pu recueillir le témoignage d’un employé communal, souhaitant conserver l’anonymat.

“C’est très dur pour nous, il va falloir changer tous les panneaux qui indiquaient Isérables. En plus, au niveau administratif, on s’en sortait déjà difficilement, mais là ça va nous donner encore plus de boulot. Après ça c’est matériel, le pire c’est pour le moral. Déjà qu’on se foutait de notre gueule parce que bédjuis ça veut dire bédouins, mais maintenant avec ce nouveau nom de village ça va être encore plus dur. Je veux bien que certains du village soient un peu typés, mais on n’a rien avoir avec eux, on a l’impression d’être les dindons de la farce.”

Le village devra être solidaire comme jamais pour surmonter cette épreuve et nous espérons que la faute de frappe ne portera pas trop préjudice aux habitants. Par ailleurs, une famille de bédjuis ayant déjà eu des problèmes pour passer les frontières en raison de son teint très foncé, a même annulé ses vacances aux États-Unis, de peur que le nom de la commune soit mal lu et que le douanier comprenne Is arab.

Nous souhaitons tout de même une toute belle année 2016 aux habitants d’Iséarabes.

Germain Bornet