[Sion2026] Les opposants veulent se rendre au sommet du Cervin pour brûler les livres de Christian Constantin

170’000. En Valais, le chiffre donne le tournis et fait jaser jusqu’au fin fond du Val d’Anniviers. C’est pourtant le nombre gigantesque de livres signés Christian Constantin qui vont se retrouver dans toutes les boîtes aux lettres valaisannes – même à Isérables moyennant un délai de quelques semaines. Des livres titrés «Je voulais vous dire» une citation qui n’est pas tirée directement du phrasé du président du FC Sion. «J’avais proposé «Disons que bon, j’voulais juste te dire» mais cela n’a pas passé la censure des correcteurs», souligne l’entrepreneur martignerain.

Les éditeurs, ces gens de gauche

Une autre barrière est ensuite venue se dresser sur le chemin de ce livre cherchant à faire la promotion du «OUI» à Sion 2026. Aucune maison d’édition ne souhaitait faire paraître le recueil long de 61 pages. «Ce sont souvent des gens de gauche qui tiennent ce genre de maison peu rentables, tu sais. Des gens qui sont donc par essence opposés aux Jeux Olympiques.» Pas de quoi cependant freiner les ardeurs de CC qui a fondé les «Editions de Tourbillon» pour l’occasion. «Ce nom rappellera aux lecteurs que j’ai réussi tout ce que j’ai entrepris jusqu’à présent», lâche le boss du FC Sion.

Le Cervin symbole malgré lui

Un avis pas forcément partagé par les opposants au projet de Sion2026. Ceux-ci voient en ce livre une énième bévue de leurs adversaires olympiques. «C’est un pur scandale, commente Jean-Pascal Fournier, président des Verts valaisans. Je suis en plus certain que ces livres ont été fabriqués à partir d’actes de bûcheronnage illicites pour élargir la piste de l’Ours ou la Nationale.» En réponse à ce qu’ils jugent déjà comme «un crime écologique et politique» les partisans du «NON» à Sion 2026 veulent frapper très fort. «Nous avons prévu de réunir autant d’exemplaires que possibles afin de les brûler.» Et en guise de clin d’œil aux défenseurs du «OUI», les livres seront brûlés au sommet du Cervin. «Il ne faut pas croire que Monsieur Constantin est le seul à pouvoir se payer une opération marketing d’ampleur dans ce canton et nous allons le lui prouver», commente le président des Verts.

Un signal écologique fort

Questionné à ce sujet, Christian Constantin peine – pour une fois – à répondre. «Je t’avouerai que j’ai vraiment de la peine à les comprendre. Je fais un livre de 61 pages en précisant que celui-ci peut être lu lors d’un aller-retour en train entre Sion et Martigny. Si ça ce n’est pas une démarche écologique pour prouver ma bonne volonté !»

Vital Monnet