friends-talk

[SION 2026] Selon un dernier sondage, 93% des citoyens affirment qu’un nouveau sujet de conversation serait « une chance pour le Valais »

La campagne olympique – des deux côtés de la table – a été jalonnée de sournoiseries et de bassesses qui ont paralysé le débat de fond. À tel point qu’une écrasante majorité de Valaisans sont aujourd’hui davantage séduits à l’idée de trouver un nouveau sujet de conversation que par le projet Sion 2026. C’est en substance ce que révèle le dernier sondage de l’institut gfs.bern.

Il faut dire que la question des Olympiades a monopolisé les discussions des mois durant. « Au café avec les copains, on a abordé le sujet tous les jours depuis le début de l’année », soupire Michel, un Sierrois de 46 ans. « Et ce n’est pas comme si au fil du temps, on avait d’autres arguments à mettre sur la table », poursuit-il avant de jeter son alliance à terre. « Je ne veux plus voir un anneau jusqu’à ma mort ».

Fait rare durant cette campagne, opposants comme partisans s’accordent désormais sur un point. « Il se passera ce qu’il se passera le 10 juin, mais de grâce, cessez de nous parler de cette votation », implorent d’une seule voix deux membres des comités adverses.

Un débat pour trouver de quoi parler

Pour matérialiser la volonté populaire, un comité s’est formé avec pour lourd mandat de réhabiliter un sujet de conversation. « On a décidé d’organiser un débat puisque on ne sait plus exactement comment fonctionner autrement après ces derniers mois », explique Basile Cottagnoud, son président. Et si les participants devaient s’avérer peu créatifs ? « Si vraiment on ne trouve rien à se dire, on aura qu’à parler de combien on en a marre des discussions sur le JO », conclut-il d’un air assuré.

Caliméro Fournier