2018-05-16 15.05.14

[Loups hybrides] Le Parlement valaisan se refuse à autoriser le tir des Evolénards hybrides

«Les grandes victoires trainent dans leur ombre de petites défaites.» C’est avec beaucoup de philosophie que le député Christophe Fauchère a accueilli le rejet par le Grand Conseil valaisan de son postulat. Poussé par l’acceptation des deux postulats demandant le tir des loups hybrides, le politicien évolénard demandait, purement et simplement, l’autorisation de tir des Evolénards hybrides. «Cela se serait fait après analyse, bien sûr, nous ne sommes pas des bêtes», explique le député des Haudères. Mais le Parlement valaisan, par 81 non, contre 5 oui et 40 abstentions, a refusé que le dossier aille plus loin. «Pour l’heure du moins, car les 40 abstentions  nous font penser que nous avons visé dans le juste», souligne Yves Chevrier, autre grand défenseur du postulat.

Une problématique de fond de vallée

«Visé juste peut-être», mais pas encore touché la cible. Les opposants se sont d’ailleurs fendus de quelques blagues graveleuses à ce sujet. «Les dépositaires sont tous des chasseurs, viser mais ne rien toucher, c’est un peu leur quotidien», sourit Fabrice-Etienne Mudry, député pour Les Verts. Mais comment expliquer pareil taux d’abstentionnisme ? Dans les couloirs du Parlement, plusieurs élus ont accepté de s’exprimer sous couvert de l’anonymat. «Ce n’est pas tant le fond du postulat qui me gêne, mais plutôt la forme, souligne un élu du Val d’Anniviers. Chez nous aussi c’est une problématique dans le fond de la vallée. Mais il y a des moyens plus discrets de régler tout ça.» La louve de Mayoux pourrait d’ailleurs en témoigner.

Une mise en quarantaine salvatrice

Un collègue député affirme avoir soutenu le postulat pour des raisons bien sombres. «Ils sont différents. Tous les gens qui ont traversés Evolène peuvent en témoigner. Peut-être vaut-il mieux qu’ils règlent tout ça entre eux.» Au risque qu’une pseudo-guerre civile se déclare dans toute la commune ? «On atteindrait là un extrême, mais disons qu’une petite mise en quarantaine du fond du Val d’Hérens pour quelques années ne ferait de mal à personne», poursuit notre interlocuteur.

Tous quelque chose d’Evolène en nous ?

Cependant, le constat est pour l’heure clair, le Grand Conseil n’est pas encore prêt à autoriser le tir des Evolénards hybrides. Dans l’assemblée, avant de passer aux votes, Yves-Laurent Dayer porte sans doute une grande part dans ce refus. À la tribune, le député du district d’Hérens a osé jouer la carte de la sensibilité pour convaincre ses semblables de voter «non». «Je crois que comme pour les chiens avec les loups, nous avons tous quelque chose d’évolénard en nous.» Fin de citation.

Vital Monnet