Le jacuzzi de son jet privé n’était pas à la bonne température : le voyage de Christian Constantin vire au cauchemar

Sombre histoire qu’a vécu le président du FC Sion, Christian Constantin, la semaine passée. Alors qu’il partait pour la Grèce recruter un énième transfuge, son jet a connu une mésaventure. Quelques jours après ce drame, CC a voulu témoigner bien qu’encore sous le choc de sa terrible péripétie.

Tout avait pourtant bien commencé ce jeudi 28 janvier pour le président du club sédunois. Il avait embarqué peu après midi à l’Aéroport de Sion dans son jet. Le ciel était teinté d’un bleu rayonnant comme souvent en Valais, mais rien ne pouvait présager ce qui allait se passer. Comme pour tous les voyages dépassant deux heures de trajet, Christian Constantin décide de se rendre dans son jacuzzi pour se détendre. C’est à ce moment que son voyage tourne au cauchemar. Le mercure du thermomètre placé sur la paroi du jacuzzi indique une eau à 29°C. Le choc est terrible quand il trempe son pied droit à l’intérieur. « Moins une et c’était l’hydrocution » sanglote l’empereur martignerain avant de poursuivre : « Même en réinitialisant la machine, impossible de la faire fonctionner. J’ai dû me résoudre à finir le trajet assis sur ce vulgaire siège en cuir. En arrivant en Grèce heureusement que Panagiotis (ndlr: un homme à tout faire grec) est monté réparer le jacuzz’ pour qu’au retour je puisse me ressourcer à nouveau. »

Malgré cet heureux dénouement, un profond goût d’amertume persiste dans le cœur de Christian Constantin. Plus rien ne sera jamais pareil pour lui. « Parfois je me réveille la nuit en sursaut en repensant à ce voyage en Grèce » détaille l’architecte octodurien encore abasourdi de cette péripétie. A l’approche du déplacement à Braga en coupe d’Europe, la crainte d’un nouvel incident hante CC : « Oui Panagiotis a remis à neuf le machin, mais bon il est Grec et on sait assez entre les grèves et la crise comment ils fonctionnent. » conclut-t-il l’air dubitatif.

Masturbin Evequoz