lausanne1

« Fuck you, je suis un fan du Lausanne-Sport » : l’acte héroïque d’un Vaudois face à des voleurs de tracteur à Echallens

Les actes héroïques semblent faire des émules. Après le supporter de Millwall en Angleterre qui a combattu à mains nues trois terroristes armés de couteaux samedi soir, un Vaudois de 29 ans a usé du même stratagème pour affronter deux individus qui tentaient de dérober un tracteur mardi à Echallens. L’Alcazar a rencontré Josué, ce supporter du Lausanne-Sport qui a fait preuve d’un courage inouï pour arrêter les malfrats. Reportage.

Il était 23h30 mardi soir dans la commune d’Echallens, dans le Gros-de-Vaud, quand Josué promenait Couscous, son Jack Russel de 3 ans sans imaginer une seconde ce qu’il allait vivre. Arrivé à proximité d’une ferme, il entend un bruit suspect. Habitué des lieux, il est persuadé que les propriétaires ont fermé boutique à cette heure-ci. Consciencieux, Josué décide immédiatement de s’approcher de la ferme pour en avoir le cœur net. Surprise, il tombe sur deux hommes parlant une langue étrangère qui tentent de subtiliser l’un des tracteurs de la ferme. « J’ai tout de suite couru dans leur direction sans réfléchir » nous raconte Josué. Comme j’ai vu qu’ils ne parlaient pas français, j’ai essayé de brailler en anglais. Malheureusement, ayant arrêté l’école à 14 ans, je n’ai jamais bénéficié de cours dans cette langue alors j’ai crié comme j’ai pu : « Fuck you, je suis un fan du Lausanne-Sport » avant de choper une grelinette qui trainait là et de leur foncer dessus. » L’acte du jeune homme est héroïque puisque les propriétaires de la ferme, réveillés par le vacarme, ont soudainement accouru et ont appelé la police cantonale. Cette dernière a  pu embarquer les deux brigands.

Le brave vaudois souffre de contusions aux jambes et de quelques griffures au visage dues à l’altercation avec les deux malfrats. Très chaleureusement remercié par la police et les propriétaires, Josué devrait recevoir prochainement des mains des autorités une distinction pour son acte de bravoure.

Paulan Grobéty