Treize étoiles, treize districts.

[Elections cantonales] Afin d’éviter les tensions de la campagne, le Grand Conseil propose que chacun des treize candidats préside un des treize districts [3/4]

«Ah bon, y aura les élections cantonales cette année ?» Voilà une phrase que seul un ermite bagnard, revenu de sept ans de retraite aux pieds du Grand Combin, oserait prononcer. Car des confins de la Vallée de Conches au bord du Lac Léman, tout le Valais a entendu, lu ou même simplement senti dans l’air que la course au Conseil d’Etat avait été lancée.

Depuis quelques semaines, les médias valaisans et même nationaux relatent un combat de coqs phénoménal et inédit, d’une rare violence et bassesse. Entre les affaires de la précédente législature, les critiques des bilans des élus actuels et les attaques sur la vie privée, un climat aussi morose que la météo vaudoise règne sur le Vieux Pays. Cependant, le Grand Conseil valaisan a décidé de réagir, afin d’éviter la guerre civile et de sauver ce qu’il reste de crédibilité à son canton et ses politiciens.

Réunis en séance extraordinaire, le Parlement valaisan a tout simplement décidé d’annuler la course au Conseil d’Etat ! En contrepartie et afin d’apaiser les ego des treize candidats, le législatif cantonal a décidé d’offrir à chacun d’entre eux la présidence d’un des treize du district du Vieux Pays. Les chefs de groupe des différents partis se sont exprimés en ces mots pour justifier leur décision : «le hasard fait parfois bien les choses. Treize candidats, treize districts, cela a considérablement simplifié notre tâche. Il a juste fallu modifier la règle désuète d’un seul élu par arrondissement mais tout le monde a compris que nous cherchions le bien commun au travers de cette démarche.» Les députés ne se sont pourtant pas arrêtés là et ont fourni leur répartition idéale, justifications à l’appui. Un document top secret que la rédaction L’Alcazar est parvenue à se procurer et à résumer.

District de Monthey : Claude Pottier (PLR)
Il faut rendre à César ce qui est à César et à Monthey ce qui est à Monthey. Tout aussi inconnu et alibi que son compère de liste, Claude Pottier présidera le district qui l’a vu naître. Le Parlement ne voyant aucune raison de ne pas laisser les Bas-Valaisans supporter le joug de celui qu’ils ont engendré. La toute fraîche nouvelle de sa possible alliance avec Ensemble à droite, si il y avait dû y avoir un 2e tour, affermit le sentiment qu’envoyer le libéral-radical à la Gauche géographique de la carte du canton lui fera le plus grand bien.

District de Rarogne occidental et oriental : Nicolas Voide (Ensemble à droite)
Qui d’autres que Nicolas Voide pour siéger à la tête d’un district séparé en deux entités mais unit par un tronc commun ? À nouveau, le Grand Conseil a jugé judicieux de permettre à l’ancien grand baillif de mettre à profit son expérience personnelle au service de la population des deux demi-districts. Rarogne occidental et Rarogne oriental, c’est un peu comme l’aile conservatrice et l’aile progressiste du PDC, entre les deux il faudra trouver la balance. Un défi réel pour Nicolas, s’il ne veut pas voir son district se faire exclure du canton au terme de la législature.

District de Viège : Esther Waeber-Kalbermatten (AdG)
La logique aurait voulu que la très souriante et expressive Esther Waeber-Kalbermatten puisse profiter de ses vieux jours en prenant la présidence de Brigue, son district d’origine. Seul bémol, et pas des moindres, la ville abrite en son sein le Spitalzentrum Oberwallis, comprenez l’équivalent haut-valaisan de l’hôpital de Sion. Afin de ménager à la fois les nerfs de la socialiste et les finances du district, le Grand Conseil a pris la décision de la muter vers l’arrondissement limitrophe de Viège. Entourée des siens, Esther pourra tranquillement attendre ses 68 ans pour enfin prendre une retraite bien méritée.

Vital Monnet