Treize étoiles, treize districts.

[Elections cantonales] Afin d’éviter les tensions de la campagne, le Grand Conseil propose que chacun des treize candidats préside un des treize districts [2/4]

«Ah bon, y aura les élections cantonales cette année ?» Voilà une phrase que seul un ermite bagnard, revenu de sept ans de retraite aux pieds du Grand Combin, oserait prononcer. Car des confins de la Vallée de Conches au bord du Lac Léman, tout le Valais a entendu, lu ou même simplement senti dans l’air que la course au Conseil d’Etat avait été lancée.

Depuis quelques semaines, les médias valaisans et même nationaux relatent un combat de coqs phénoménal et inédit, d’une rare violence et bassesse. Entre les affaires de la précédente législature, les critiques des bilans des élus actuels et les attaques sur la vie privée, un climat aussi morose que la météo vaudoise règne sur le Vieux Pays. Cependant, le Grand Conseil valaisan a décidé de réagir, afin d’éviter la guerre civile et de sauver ce qu’il reste de crédibilité à son canton et ses politiciens.

Réunis en séance extraordinaire, le Parlement valaisan a tout simplement décidé d’annuler la course au Conseil d’Etat ! En contrepartie et afin d’apaiser les ego des treize candidats, le législatif cantonal a décidé d’offrir à chacun d’entre eux la présidence d’un des treize du district du Vieux Pays. Les chefs de groupe des différents partis se sont exprimés en ces mots pour justifier leur décision : «le hasard fait parfois bien les choses. Treize candidats, treize districts, cela a considérablement simplifié notre tâche. Il a juste fallu modifier la règle désuète d’un seul élu par arrondissement mais tout le monde a compris que nous cherchions le bien commun au travers de cette démarche.» Les députés ne se sont pourtant pas arrêtés là et ont fourni leur répartition idéale, justifications à l’appui. Un document top secret que la rédaction L’Alcazar est parvenue à se procurer et à résumer.

District de Conthey : Frédéric Favre (PLR)
Dans sa folle course à sa gloire passée, le parti libéral-radical a malheureusement égaré le dernier embryon de crédibilité qu’il lui restait. En proposant deux candidats alibi, les Bleus étaient certains de ne pas faire leur retour au sein du gouvernement. Par chance, Frédéric Favre pourrait tout de même siéger à la présidence du district de Conthey. Sa région d’origine et donc la seule où quelqu’un serait susceptible de la reconnaître en le croisant dans la rue.

District de Loèche : Roberto Schmidt (PDC)
Sans faire un bruit, le brave Roberto Schmidt aurait empoché son siège dans un Conseil à cinq grâce à l’appui de ses concitoyens du Haut. Pas dupe, le Parlement a décidé de lui offrir la présidence d’un district à hauteur de sa personnalité, celui de Loèche. District tampon, partagé entre le Valais francophone et son voisin germanophone, à cheval sur la Raspille, difficile de revendiquer une véritable identité. Ce district lui permettra donc de pencher une fois à Gauche, une fois à droite, sans jamais se mouiller. Et puis ne nous mentons pas, grâce à ce choix, Roberto ne devrait même plus quitter sa terrasse pour se rendre dans la Berne fédérale durant les sessions du Conseil National. Le président du district et de la commune de Loèche n’aura plus qu’à se laisser bronzer tranquillement à l’abri de ses multiples casquettes.

District d’Hérens : Stéphane Rossini (AdG)
Certes le Nendard aurait préféré le district de Conthey où il a ses quartiers, voire même celui de Sion où il aurait pu faire baigner sur la capitale son légendaire sourire et sa sympathie. Cependant, comme souvent, la Gauche a dû se contenter d’un rôle de spectatrice lors de la répartition interdistrict. Comme souvent, la Gauche n’a pas pu faire entendre sa voix et Rossini devra se contenter du siège bancal, d’un arrondissement tout aussi bancal, scindé en deux par Sion et Sierre. Un petit rappel à la scission interne qui l’opposait à Esther et qui aurait dû anéantir les chances de siéger de son parti.

Vital Monnet