[Christian Constantin] « J’arrêterai de boycotter le Nouvelliste le jour où je serai en dernière page »

C’est l’affaire qui secoue le Valais depuis vendredi dernier. L’empereur Constantin l’a décrété, les employés du Nouvelliste sont personæ non gratæ dans l’arène de Tourbillon. Face aux critiques récurrentes de Vincent Fragnière – rédacteur en chef du titre–  CC a décidé de proscrire toutes relations entre les collaborateurs du club et ceux du quotidien valaisan.

« Je ne boycotte pas le Nouvelliste, je cesse volontairement toute relation avec lui en signe de représailles », nuance-t-il en s’appuyant farouchement sur la définition du boycott proposée par Le Larousse. Le patron du FC Sion concède d’ailleurs s’être montré plutôt clément à l’égard du rédacteur en chef. « Dans un premier temps, j’avais envisagé de boycotter tous les Fragnière du canton, mais Barth m’a ramené à la raison ».

Si l’affaire a fait grand bruit sur la toile et dans les bistros de la capitale, elle s’est également invitée sur le terrain. L’entraîneur sédunois, Maurizio Jacobacci, a d’ailleurs mobilisé la polémique pour justifier la piètre performance de ses joueurs face à Lugano. « En sachant qu’ils n’allaient pas être notés par le Nouvelliste, ils ne se sont pas donnés à fond », assure le tacticien. Une analyse partagée par le numéro 10 sédunois, Carlitos. « Comme je ne lis pas bien le français, ces notes étaient pour moi le seul moyen d’évaluer ma performance. »

Darbellay impuissant… pour une fois

Devant l’impasse, une seule personne paraissait en mesure de réconcilier les deux camps: Christophe Darbellay. Le Ministre valaisan, d’ordinaire l’homme providentiel en matière de diplomatie (ndlr : conflit entre CMA et les communes, médiation entre Trump et Kim Jong-Un), n’a cette fois-ci pas été en mesure d’instaurer un processus de paix. « J’ai pourtant proposé un nombre incalculable de compromis, mais ces deux-là sont des têtes de mules », déplore-t-il.

Parmi les solutions envisagées, figuraient notamment un « duel à l’épée au château de Tourbillon » ou « une fondue », stratagème qu’il avait déjà adopté pour apaiser les tensions entre Rolf Fringer et… Christian Constantin. « C’est pas un temps à fondue », aurait sèchement répliqué ce dernier avant de conclure : « j’arrêterai de boycotter le Nouvelliste le jour où je serai en dernière page ».

Caliméro Monnet et Vital Fournier