[CFF] À la suite d’un voyage en Suisse alémanique un Valaisan comprend pourquoi il paie si cher son abonnement général

Les prix des abonnements généraux ne cessent de faire grincer des dents. En effet, pour s’acquitter du précieux sésame en deuxième classe, un adulte devra débourser 3655.-, et un jeune 2600.-.

Ces coûts excessifs ont pendant longtemps excédé les usagers. Heureusement, Brandon Udry un jeune Contheysan, nous a permis de comprendre ces tarifs onéreux.

Lundi dernier, alors qu’il avait congé, Brandon muni de son AG se rend à Fribourg pour une soirée organisée par la notoire CUV. Au fil de la soirée, Brandon, de plus en plus ivre, perd tous ses amis, et accessoirement tous ses repères. Seul, il ne sait pas quoi faire et instinctivement saute dans le premier train qu’il voit. L’état d’ébriété avancé de Brandon amènera le pauvre bougre à se réveiller quatre heures plus tard sur un banc de la gare de Saint-Gall. Abasourdi, le jeune homme reprend ses esprits, et essaie de demander son chemin. Grâce à son anglais approximatif il réussit à communiquer avec les indigènes et parvient à savoir quel train il doit reprendre pour retrouver son bon vieux Valais.

Quelques minutes plus tard, il entre dans le train direction Berne, et là le choc se produit, le train est sur deux étages, du jamais vu! Son siège est en cuir, et chauffant. Il y a même du wifi, et un wagon restaurant avec une carte qui ferait rougir plus d’un Café de la Place, proposant même une quinzaine de déclinaisons de la fameuse « Bratwurst ». Après avoir contrôlé huit fois s’il était bien assis en seconde classe, il se laisse tomber dans son siège si confortable et profite paisiblement de son trajet de retour.

Arrivé à Viège, il doit à nouveau monter à bord d’une bétaillère parcourant la ligne du Simplon. Comme le disent si bien les Suisses-allemands : « Ha vous les welschs jamais travail toujours rigole. » Une phrase populaire qui suffit à faire comprendre à Brandon que pour rire une bétaillère suffit mais que pour bosser un minimum de confort s’impose.

Germain Bornet

Une réflexion au sujet de « [CFF] À la suite d’un voyage en Suisse alémanique un Valaisan comprend pourquoi il paie si cher son abonnement général »

  1. Ping : [CFF] À la suite d’un voyage en Suisse alémanique un Valaisan comprend pourquoi il paie si cher son abonnement général – blogduvalais

Les commentaires sont fermés.