Archives pour la catégorie Scoop

hes-fa

[HES-SO] De gros dégâts matériels après l’arrivée d’un élève en FA-18 à l’école

Les buzz se multiplient à la HES-SO. On avait eu droit aux vidéos montrant un étudiant arrivant en ski à l’école, un autre arrivant en VTT ou encore celle diffusant un étudiant en train de travailler dans les locaux de la HES.

Mais ce matin, à force de vouloir repousser les limites du buzz, l’école n’est pas passer loin du drame. En effet, un élève a voulu venir en cours en FA-18.

La directrice de l’école, Massy Rose, encore sous le choc, déclare : « je crois que nous avons franchi la limite… Nous voulions avant tout faire parler de notre école pour essayer de motiver plein de jeunes à s’inscrire mais depuis ces vidéos tous les élèves se lancent des défis pour franchir la porte d’entrée de manière originale. La semaine passé, un élève a franchi la porte en poirier avec une paire de roller scotchée sur sa tête ou un autre est venu avec un sac d’école plein. On a cru a une attaque terroriste. »

Si les dégâts ne sont heureusement que matériel (NDLR: un hall d’entrée complètement détruit), cet incident démontre les limites des vidéos tentant de créer le buzz pour attirer de nouveaux élèves et les risques que cela comporte. Selon nos informations, un étudiant d’origine koweïtienne aurait voulu débarquer à l’école en sous-marin la semaine dernière. Par chance, la topographie de la région sierroise aurait eu gain de cause sur les ambitions de l’élève lequel aurait d’ailleurs renoncé à son projet quelques minutes avant de s’élancer.

Innocent Dubuis

 

bloggif_58d1548ea8611

[Scoop] L’assemblée constitutive du PDCLR aura lieu le 21 avril 2017

La rumeur était persistante depuis ce dimanche 19 mars qui a été marqué par une entente tout autant inattendue qu’opportuniste du PLR et des PDC. Une alliance d’un jour qui se dessinera d’ici un mois en une alliance pour toujours.

Oubliant leur rivalité historique, les deux partis ont décidé de ne faire plus qu’un pour l’avenir du canton. Serge Métrailler, président du PDCvr, « pouvoir se battre pour l’économie et plus seulement pour la famille est un véritable bol d’air pour le parti. On le fait depuis longtemps mais là on pourra le faire de manière assumée. Dans les conseils d’administration, on passait vraiment pour des rigolos. » 

Réactions dans les villages 

Du cotés de Leytron, le président PLR, Patrice Martinet ne cache pas son enthousiasme, « c‘est une immense joie pour ma commune, chaque Leytronain pourra faire ses courses où il le désire. Je pourrai enfin aller à la Migros de l’Union sans pour autant passer pour un traître aux yeux des radicaux. Ma fibre libérale m’incite aussi à penser qu’il s’agit d’une perspective de développement pour la commune de Leytron et en plus je préfère les produits Migros. » A Savièse, la récente dissolution de l’Entente (ndlr: PLR et PS), n’était qu’un coup d’avance sur la prochaine création du PDCLR, « il y aura beaucoup plus de perspective à gouverner à 11 conseillers plutôt qu’à 6… » Déclare Julien Dubuis, président du PLR Savièse.

Qui comme nouveau président ? 

Autre question de grande importance, à qui sera attribué la présidence de ce parti « mammouth » ? René Constantin, président des PLR, avoue déjà avoir fait son choix, « On a trouvé un certain René Métrailler, il n’a pas d’expérience. En effet il n’a jamais fait de politique mais il est super motivé et ne demande qu’à apprendre. » Consulté par e-mail suite à notre sollicitation Christophe Darbellay ne cache pas sa joie, « Tant que j’ai l’éduccasion le reste n’est pas important. »

Tout semble donc réglé dans les  grandes lignes de la future fusion des deux partis sauf un point spécifique… Il s’agit de l’avenir des fanfares. Personne n’a voulu pour l’instant se prononcer à ce sujet  encore source de conflit.

Nul doute qu’il s’agit d’un fait historique de la politique valaisanne. « Beaucoup de morts se sont retournés dans leur tombe suite à l’alliance contre nature de dimanche mais ils se sont tous retournés du côté de l’avenir… » déclare René Métrailler, futur président du PDCLR

Innocent Dubuis

 

Capture-dcran-2016-05-25--11.16.03-ConvertImage

[Scoop] Un journaliste du Nouvelliste avoue ne pas avoir interviewé un membre de sa famille ou un ami pour un article

Sion – Une scène peu banale s’est déroulée dans les coulisses du Nouvelliste en ce début de semaine. En effet, suite à la séance de rédaction et une défaite au jeu de la courte paille, le journaliste Ignace Héritier se voit contraint de rédiger un article sur la prolifération des tiques en milieu urbain et d’en trouver des victimes.

Comme à son habitude, le jeune homme entame ses recherches au sein des membres de sa famille et de ses amis pour savoir si quelqu’un s’y connait dans le domaine ou en a été victime mais que nenni !

Fort de son expérience et pugnace, Ignace entame donc une recherche en postant sur son profil Facebook, riche de 1266 amis, ce message :  » Bonjour mes amis, je cherche quelqu’un qui a été victime d’une morsure de tiques dans une ville valaisanne ou qui s’y connait dans le domaine. » Les heures passent et aucune notification sérieuse ne vient aider l’expérimenté journaliste. Un vent de panique s’empare soudainement de l’investigateur. En effet, la dernière fois qu’il a dû contacter des gens qu’il ne connaissait pas était lors de son mémoire universitaire.

L’homme finit par se lancer. Après une multitude de coups de téléphones, le journaliste arrive à ses fins. En effet, il réussit à contacter plusieurs victimes et plusieurs connaisseurs sur le thème des tiques sans qu’aucun ne soit préalablement un membre de sa famille ou un ami ! Un exploit ! De quoi se pavaner et faire le beau au sein de la rédaction du Nouvelliste. En guise de félicitation il se verra par la même occasion immunisé durant 3 mois au jeu de la courte paille pour décider de qui doit traiter du sujet que personne ne veut.

Innocent Dubuis, perdant à la courte paille

pipa

[Patrouille des glaciers] Lutte acharnée pour être les premiers derrière Pippa Middleton

VERBIER – En exclusivité, L’Alcazar a pu rencontrer la patrouille 63 composée de Laurent Dubuis, Yves Blanc et Jordi Alphand. Leur particularité est d’avoir disputé une course dans la course pour finalement se classer à la 185ème place en 14 heures 54 minutes et 5 secondes, soit une place derrière Pippa. Ils avouent que finir « 1er derrière Pippa » était un détail. Le principal étant de passer le plus de temps possible derrière la cordée britannique. Mais, ils n’étaient pas les seuls à s’être entrainé pour ça.

« On a travaillé dur pour remplir cette objectif. » avoue Laurent encore les yeux pétillants après les nombreuses émotions vécues. Jordi avoue que la différence s’est faite dans la cohésion d’équipe : « ça a joué des coudes dès le départ. Certaines équipes se battaient en interne pour être premier de sa cordée alors que mes coéquipiers avaient tous l’oeil rivé sur le même objectif. » Yves se confie sur les détails de ce succès : « Durant la nuit la qualité de ma lampe frontale  a été décisive. Je ne regrette pas d’y avoir laissé la moitié de mon budget équipement dans une Petzel X460, le must, du must. »

Encore tout sourire les joyeux lurons avouent déjà être à la recherche d’un prochain défi pour la prochaine patrouille des glaciers et nous leur donnons déjà rendez-vous en 2018. L’Alcazar tient également à féliciter toutes les autres patrouilles certainement toutes aidées, guidées et protégées par une nouvelle étoile au-dessus du ciel valaisan.

Innocent Dubuis

4016454589_5ed1242ff4_b

[Ayent] Grosse explosion dans le village, les habitants n’avaient rien entendu

AYENT- Gros moment de panique pour la commune hérensarde hier matin. Une forte déflagration a été ressentie à de nombreux kilomètres à la ronde. Il s’agissait en fait d’une fuite de gaz dans un ancien atelier de ferblanterie. Plus de peur que de mal donc puisque personne ne se trouvait à proximité de l’explosion. Les dégâts ne sont que matériels. Mais ce qui peut choquer, c’est que malgré l’impressionnant bruit, l’alerte n’a été donnée que deux heures après la détonation. En effet, un habitant passant par là a senti une odeur suspecte ainsi qu’un dégagement de fumée important émanant de l’ancien atelier. Les pompiers de la région ont rapidement pu maitriser le feu et sécuriser la zone.

Surpris par le fait que l’explosion a été ressentie jusque dans les bureaux de l’Alcazar à Sion faisant même sursauter son directeur général lors sa partie de fléchettes, nous avons décidé de mener l’enquête. Ni une ni deux, Paul-Loup, notre stagiaire non rémunéré, enfourche sa mobylette Solex et s’en va à la conquête de la Rive Droite. A la suite d’une malheureuse panne, Paul-Loup est contraint de se mettre au repos forcé à la hauteur du village de Grimisuat. Professionnel dans l’âme, l’apprenti journaliste décide d’aller sonder la population locale pour en savoir plus. Arrivé au Café de la Place, il s’assied au comptoir et questionne Placide Mabillard, un septuagénaire ayant élu domicile dans le bistrot depuis l’an 2000. Accoudé au bar en buvant son ballon de Gamay, il nous explique :« Tu sais, les saukans (NDRL: sobriquet désignant les habitants d’Ayent) ils sont tous sourds muets alors faut pas chercher plus loin. » Il pouffe de rire et ajoute « Non je plaisante, t’en as quand même quelques uns qui savent parler, mais ils sont minoritaires dans le village ».

Pantagruel Vouillamoz

person-828630_1280

[Scoop] « En plus d’être mauvais, vos arbitres sont de parfaits idiots! »

REVELATIONS. Liridon sait exactement ce qu’il s’est passé à la 68e minute du match entre YB et Sion. Spécialisé dans les paris truqués, il a arrangé le match avec son organisation*. Il jure que l’on ne l’y reprendra plus!

«C’était trop beau pour être vrai!» Liridon est dépité. Dimanche passé, la rencontre entre Young Boys et le FC Sion lui a fait perdre plusieurs centaines de milliers de francs. Pour lui et son organisation qui truque des matches, c’est la goutte de trop. Il a donc décidé de tirer définitivement un trait sur le championnat suisse de football. A regret. «La SFL, c’était l’eldorado. Honnêtement, à la base, je ne savais même pas qu’il y avait un championnat de foot en Suisse. Je l’ai découvert alors que j’étais bloqué à Gabi par la neige». Et ça a été une illumination. «Imaginez, un championnat qui n’intéresse personne, une équipe qui domine tous les débats, des arbitres naturellement nuls et bon c’est aussi le pays de Blatter, c’est pas rien… Pour truquer les matches, c’était le nirvana!»

Liridon et ses complices ont donc fait sauter la banque. Mais comme toujours dans ces situations, ils en voulaient plus. Toujours plus. «Miser sur une victoire de Bâle avec une cote de 1,001 n’intéresse personne. On a donc décidé de voir plus loin.» Au début, les choses ont bien fonctionné. A quelques détails près. «Y avait juste l’autre avec son gros nez et ses cheveux teints qui se posait un peu des questions mais à force d’en faire des tonnes, il se décrédibilisait tout seul.»

Liridon et sa bande ont donc décidé de jouer un gros coup. «Sion n’avait plus gagné à Berne depuis vingt ans. Et avec leur infirmerie plus remplie qu’un hôpital d’Alep, personne n’aurait misé un franc sur une victoire des Valaisans. Nous si! Avec une cote à 13, bonjour le jackpot!» L’arbitre et son assistant ont donc été approchés par les complices de Liridon. Ils ont accepté l’enveloppe. L’affaire prenait une bonne tournure.

«On s’est fait une frayeur en début de match avec le penalty de N’Doye. Sérieux ce mec on a cru qu’il bossait pour la concurrence tellement il fait n’importe quoi! Et il en est pas à son coup d’essai en plus de tout. Qu’est-ce qu’il ceinture l’autre dans les seize mètres alors que le ballon sort? Bon bref donc ca fait égalité. Pas forcément plus mal pour la cote. Ensuite Théo double la marque, tout fonctionne à merveille.» Jusqu’à la 68e… «P… de c… d’arbitre de m… Il a oublié qui il fallait avantager. Vous le voulez l’enregistrement des conversations? Moi je vous le donne. Il demande à son assistant si ce sont bien les jaunes qui doivent gagner. Le juge de touche lui dit non, les rouges. Et ce con il met la rouge! Comment perdre un pactole en l’espace de cinq secondes!»

Liridon et ses comparses s’interrogent aussi beaucoup sur la suite des événements et la suspension de Vanins malgré les images vidéo accablantes. «On avait un doute mais cette fois c’est confirmé. La SFL, ils ont leur propre business de matches truqués et ils sont nettement meilleurs que ce que l’on pouvait penser et surtout, ils ont l’air intouchables… Du coup, nous on dégage!» Mais pas avant d’avoir réglé un ultime détail. «Avec les 25’000 francs de récompense proposés par Constantin, ces deux cons sont capables d’aller se dénoncer vu leur salaire de merde. On va leur organiser une visite sous-marine de l’Aar. Faut voir le bon côté des choses, pour le foot suisse, ils seront mieux au fond de la flotte que sur un terrain… »

Mitch Michellod

 

*Liridon B devient très châtouilleux si l’on parle de mafia ou d’organisation criminelle.

domi_riser

[Scoop] « L’or blanc a attendu que les Vaudois partent »

Lundi matin, 11 heures, réveil difficile et réveil de reprise pour la rédaction de l’Alcazar qui aperçoit avec surprise que la neige est enfin là.

Est-ce une simple coïncidence qu’elle se décide de tomber un jour de reprise ? Nous avons tenté de mener l’enquête.

Nous décidons de nous rendre à Ovronnaz, afin d’avoir plus d’informations sur ce phénomène, et le moment choisi par le ciel pour y déverser ces larmes blanches. Nous partons à la rencontre de Jean-Lucien Chatriand, responsable de la buvette du téléski de Petit-Pré chez TéléOvronnaz depuis plus de vingt ans. « Des hivers difficiles, sans neige, j’en ai vu, mais jamais comme cette année. Vous savez, mon secret pour faire venir la neige c’est de lui parler de la même manière qu’un jardinier parle à ses plantes. Il faut lui demander de venir et surtout se montrer patient et respectueux. Moi, par exemple, je regarde toujours en direction du Petit Muveran et je lui demande de nous amener l’or blanc. Mais cette année rien ne fonctionnait. Je me suis très vite méfié des Vaudois et de leurs plaintes à répétition. Dès que le temps semblait propice, une réclamation vaudoise venait faire disparaitre les premiers nuages neigeux. Dès le dimanche soir, j’ai vu le temps changé, c’est certain l’or blanc a attendu que les Vaudois partent avant de tomber. » avant de conclure de manière philosophique « Vous savez la pluie, la neige et le beau temps ça s’apprivoise. » Et les Genevois ne se plaignent-ils pas ? « Par expérience, quand les genevois se plaignent c’est plutôt le soleil qui décide de ne plus revenir. » De mauvaise augure pour l’ultime semaine de vacances des Genevois.

« Neige en janvier, blé au grenier » voilà un dicton bien menteur pour les stations valaisannes qui attendaient ces flocons depuis plusieurs semaines et qui vont enfin pouvoir commencer à faire du business.

Innocent Dubuis

 

16147241572_b15eb7cf3d_z

[Scoop] un chalet de luxe hors normes puisqu’il les respecte

Plus de six mois de recherche. C’est le temps qu’il a fallu à notre enquêteur Jimmy Micheloud pour trouver LA perle rare: un chalet de haut standing en tous points conforme à la loi. Cette rareté se trouve quelque part dans le val de Bagnes et son propriétaire a accepté de nous ouvrir ses portes. Plans à la main et accompagné de deux architectes, Jimmy Micheloud est revenu convaincu à la rédaction: la résidence de luxe est conforme à la mise à l’enquête, elle suit les plans initiaux, respecte les règlements de construction, la LAT et la Lex Weber. Comment est-ce possible? «En fait je suis un ancien footballeur originaire de Corée du Nord. En 2010, je me suis rendu en camp d’entraînement à Anzère avant la Coupe du Monde en Afrique du Sud. J’en ai profité pour fausser compagnie à la sélection», témoigne le propriétaire qui préfère rester anonyme. S’il a donc suivi scrupuleusement les règles, c’est plus par habitude que par conviction. «Dans mon pays, on vous apprend à filer droit mais, si c’était à refaire, je me laisserai convaincre par les promoteurs… », révèle le nord coréen.

 

Comment ça, notre perle rare a des regrets… !?! «Oui, respecter la loi m’a pris un temps fou. J’ai tout d’abord été harcelé par des promoteurs qui me proposaient des projets plus farfelus les uns que les autres. L’un d’eux m’a dit: on peut facilement ajouter quelques étages en douce. Mais un chalet de sept niveaux dans une station, j’ai trouvé que ça faisait un peu prétentieux. Un autre voulait me convaincre d’installer un jacuzzi pour chiens dans les sous-sols. Si au moins cela attendrissait la viande… » Les sollicitations ont surgi de toute part. «Architectes, promoteurs, maçons et même les employés communaux ont tenté de me convaincre de tricher un peu. On m’a proposé de transformer ma buanderie en bowling mais c’est pas très pratique pour faire la lessive non?», lâche dépité le propriétaire qui n’aime pas revenir sur ses péripéties. Péripéties qui se sont soldées par une décision autant courageuse qu’originale. «Au final, j’ai acheté une boîte de Lego Creator, la 4956 pour être exact et j’ai suivi les plans pour bâtir ma maison…Tout simplement.»

Barthélemy Mivelaz

COP 21 petit

[COP 21] Les solutions valaisannes

Il n’est pas encore appliqué, que cet accord mondial fait déjà beaucoup parler de lui. Les objectifs de cette convention sont de limiter à 2 degrés l’augmentation des températures d’ici 2100.

Après farandoles et grands banquets qu’en est-il des solutions concrètes et plus particulièrement pour le Valais ? Grâce au remarquable travail d’investigation de l’équipe de L’Alcazar nous pouvons d’ores et déjà vous présenter une série de mesures qui seront appliquées, pour les premières, dès la fin de l’année 2016.

  • En été, les employés d’Etat brasseront de l’air pour le bien de la collectivité
  • L’interdiction des fours à raclette
  • La production d’aliments plus digeste pour nos chères vaches d’Hérens pour éviter les rejets de méthane
  • Atterrissage, à l’aéroport de Sion, avec le moteur coupé en mode planeur
  • Subvention de plusieurs millions de francs pour dynamiser la formation à la peau de phoque
  • Privation d’électricité entre minuit et quatre heure le matin, en station durant la basse saison
  • Le vin valaisan se vendra uniquement en berlingot recyclable.
  • L’expertise deux fois par an des Subaru modèle Impreza
  • Le Rallye du Valais en voitures électriques

Nul doute qu’avec ces pléthores mesures, le Valais fera office de lièvre et d’exemple mondial en matière d’économie d’énergie.

Innocent Dubuis

 

Capture d’écran 2015-12-13 à 20.41.18

[Coupe de Suisse] Le ballon de Bjarnarson retrouvé à Veysonnaz

Quelques heures après la rencontre au sommet entre le FC Sion et le FC Bâle nous pouvons vous informer que le ballon tiré par l’islandais du FC Bâle, sur son penalty échoué, a bien été retrouvé.

Le ballon de la rencontre a été découvert par Firmin Bornet en plein coeur de la station de Veysonnaz. « Je rentrais tranquillement chez moi après avoir été promener Pamprenain, mon labrador de 3 ans, quand soudain j’ai entendu une grosse détonation, j’ai d’abord cru à la chute d’une météorite mais en m’approchant plus près, Pamprenain m’a ramené un ballon de football. C’est seulement en rentrant à la maison, et voyant ma femme fêter la victoire du FC Sion que j’ai compris qu’il s’agissait du ballon de la rencontre. »

Nul doute qu’un accident a été évité de peu, selon un expert en physique du CERN, un tel objet lancé à une telle vitesse tombant sur une personne ne lui aurait laissé aucune chance de survie.

Innocent Dubuis