Archives pour la catégorie Drame

Sam Chenennou

[Drame] Val d’Hérens, une serveuse française molestée après avoir servi une Calanda

C’est en ce mercredi 21 septembre, sur le coup des 9h du matin que s’est produit l’incident au café de la place d’Evolène. En effet, la nouvelle serveuse, d’origine alsacienne, Vanessa s’est fait attaquer par deux habitués sans raison apparente. Le patron, Stany, qui à ce moment-là était parti prendre le café amélioré dans un bar concurrent, nous affirme qu’il avait interdit à sa nouvelle recrue de servir de l’alcool avant d’avoir fini sa période d’essai.

Or, le patron absent, la jeune serveuse s’est retrouvé seul face à deux habitués, qui ont été très insistants pour avoir leurs bières afin de bien débuter la journée. L’Alsacienne, voulant bien faire, a décidé de servir les deux indigènes qui devenaient de plus en plus impatients. La commande des deux énergumènes était identique : “une blonde”. Vanessa s’exécute en tirant deux bières blondes pression « Calanda ».

C’est au moment où elle pose les rafraichissements sur la table que les choses se sont gâtées. Un des deux clients a saisi sa canne et a commencé à frapper la pauvre femme qui tentait de se protéger avec son plateau, tandis que l’autre complice essayait de lui faire un croche-patte avec ses bretelles. La scène dura plusieurs minutes sans que personne dans le bistrot ne bouge le moindre doigt. À son retour, le patron comprit rapidement ce qui s’était malheureusement produit.

Des témoins de la scène nous ont rapporté dans un français approximatif “L’erreur, autant grave soit elle, ne justifie pas de telles violences”. Stany, lui, ne peut que faire un triste constat : “Je sais qu’elle a voulu bien faire, mais je ne pourrai pas payer ses frais d’hospitalisations ni ses jours d’arrêt, étant donné qu’elle a commis une faute très grave, si elle avait attendu d’être formée comme il faut, elle aurait servi une Blonde 25 et il n’y aurait pas eu de problème”.

La victime, elle, abasourdie ne pense pas poursuivre son expérience valaisanne après cette malheureuse aventure.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident a lieu dans les vallées latérales de la rive gauche. L’État a d’ailleurs interdit aux restaurateurs d’utiliser du chasselas vaudois, pour les cuissons, car si par erreur il était servi en apéritif, les conséquences seraient bien plus graves.

Germain Bornet

24084043063_fbe893f794_z

[Saxon] Il reçoit un e-mail lui promettant de devenir millionnaire s’il clique sur le lien : tout était faux !

Drôle de mésaventure qu’a vécu un Valaisan de 59 ans la semaine dernière. Celui qu’on nommera Jean-Blaise* n’en revient toujours pas. Toujours sous le choc, ce dernier a voulu témoigner en guise de prévention afin que d’autres personnes ne tombent pas dans le panneau.

Il était persuadé d’être millionnaire, il avait déjà convié tous ses amis et leur avait promis un bel apéro mais il n’en fut rien. Jean-Blaise* a subi ce qu’on appelle désormais un « ascenseur émotionnel ». S’il était certain d’avoir empocher plusieurs millions, c’est que quelques jours auparavant, il recevait un e-mail lui promettant de devenir millionnaire en cliquant sur un simple lien. Le sang de ce Valaisan ne fit qu’un tour lorsqu’il découvrit ledit message comme il nous l’explique : « Comme tous les jours, je consulte ma boîte mail sur ma tablette après avoir lu la page des morts du Nouvelliste. Et là, je vois un nouveau message avec comme titre « Vous venez de devenir millionnaire ». Mon cœur commence à battre, je décide naturellement d’ouvrir l’e-mail et après une lecture rapide, je constate qu’effectivement, je suis l’heureux vainqueur d’un concours et qu’il me suffit alors de cliquer sur le lien pour valider mon gain ». Se doutant de rien, Jean-Blaise* clique et jubile. Il appelle alors immédiatement sa conjointe pour lui annoncer qu’il désire la quitter, puis dans un flot continue, il envoie un SMS à son patron pour lui dire ses quatre vérités en l’invectivant.

Comble de malchance, tout était faux. Non seulement en cliquant sur le prétendu lien on ne pouvait guère devenir millionnaire, mais en plus, le lien contenait un virus de type « cheval de troie ». Le Saxonin tombe des nues. En quelques heures, il est passé de l’homme le plus heureux du monde à un chômeur célibataire. Entre deux sanglots, il nous confie « J’avais déjà rencontré une blonde, 25 ans, originaire d’Ukraine. Je tremble rien qu’à penser aux frais d’annulation que je devrais débourser. Comment vais-je faire ? »  L’entretien se conclut là. En effet, Jean-Blaise* s’évanouira en découvrant une vieille enveloppe jamais ouverte et rédigée par sa mère. Dedans, une feuille avec quelques phrases griffonnées à peine lisible, rédigé sous forme d’excuse. Le tout accompagné d’un acte de naissance original émanant de la commune de Gland. Pris de panique, nous décidons de quitter les lieux immédiatement non sans alerter les secours.

*prénom d’emprunt

Yaulo Bovier