[CANTONALES 2021] Le Conseil d’Etat promet de n’engager que des femmes pour le dépouillement des résultats

La mesure est forte. Du vœu du président du Gouvernement valaisan, en mars 2021, seules les femmes occuperont des postes clés dans les différents bureaux de dépouillement du canton. Explications.

 «Encore une fois, c’est le PDC qui est à l’origine des grandes avancées en faveur des femmes». Devant la presse convoquée d’urgence jeudi matin, Christophe Darbellay, très en verve, égraine son discours féministe. «Un grand pas pour l’Homme», applaudit-il. Derrière lui, Marianne Maret, l’unique élue des Valaisannes, acquiesce timidement. «J’étais en train de faire le ménage quand Christophe m’a appris la nouvelle. Il est très fort. Sans un homme de son envergure pour les guider, les femmes ne seraient rien».

Des militantes jamais contentes

A priori, la nouvelle aurait dû contenter tout le monde. Mais curieusement, des voix s’élèvent contre la mesure progressiste. Hystérique, le Collectif femmes Valais* évoque une proposition alibi qui ne servirait pas l’égalité. «C’est évident», rétorque Christophe Darbellay. «On parle de 100% de femmes et 0% d’homme, c’est tout sauf égalitaire. Mais nous, on ne miaule pas». Jamais contentes, donc ? «Elles, jamais», estime le Conseiller d’Etat. «Mais celles qui sont normales vivent heureuses».

Bientôt des femmes sur les listes ?

Le Gouvernement valaisan, emmené par son président, veut encore franchir un palier et proposer une réforme «plus en profondeur». À l’horizon 2030, les partis pourraient avoir l’obligation de faire figurer au moins une femme sur la liste. Avec toutefois une dérogation possible. «Si elles ne sentent pas légitimes ou ont d’autres obligations familiales, on ne va évidemment pas les forcer».