Bagarre au tea-room : La rubrique mots croisés du Matin était déjà remplie à 7h30

SION. Il était environ 7h30 lundi matin quand Norbert* rentre dans un bistrot de la zone industrielle. Comme à son habitude, il commande un renversé et un croissant avant de prendre les nouvelles de la veille en lisant Le Matin. Voyant une actualité peu reluisante, Norbert décide de passer directement à la case « mots croisés ». Cruciverbiste féru, il ne se déplace jamais sans son crayon à papier sur lui.

Mais ce lundi, tout ne s’est pas passé comme prévu. La page des mots croisés était remplie au feutre noir. Choqué, le sang du quadragénaire ne fit qu’un tour. Il se lève immédiatement de son tabouret et vocifère : « C’est qui le dordon qui a peinturé la page des mots croisés ? ». Pas de réponse. En réitérant sa demande une deuxième fois, il remarque au fond du bistrot un homme plus âgé tout sourire. Ni une ni deux, Norbert file en sa direction pour s’expliquer.

L’homme avoue être le coupable du méfait. Le ton monte rapidement entre les deux hommes. Non seulement il refuse de s’excuser, mais il semble fier d’avoir terminé la grille numéro 96 des mots fléchés du jour à seulement 7h30. Les noms d’oiseaux pleuvent et l’altercation devient même physique quand l’individu plus âgé jette son verre de vieille prune au visage de Norbert.

En quelques instants le petit bistrot paisible devient un champ de bataille. Des coups sont échangés, des verres volent en éclats pendant que deux employés communaux hilares filment la scène. La serveuse du bar, apeurée, sera contrainte d’appeler la police pour faire cesser cette bagarre.

La maréchaussée n’aura d’autres choix que d’embarquer les deux protagonistes pour une vérification au commissariat. Après avoir entendu les deux hommes, la police les a laissés libre non sans une amende d’ordre pour émeute et refus d’obtempérer.

Floriandre Salamolard

*prénom d’emprunt