4016454589_5ed1242ff4_b

[Ayent] Grosse explosion dans le village, les habitants n’avaient rien entendu

AYENT- Gros moment de panique pour la commune hérensarde hier matin. Une forte déflagration a été ressentie à de nombreux kilomètres à la ronde. Il s’agissait en fait d’une fuite de gaz dans un ancien atelier de ferblanterie. Plus de peur que de mal donc puisque personne ne se trouvait à proximité de l’explosion. Les dégâts ne sont que matériels. Mais ce qui peut choquer, c’est que malgré l’impressionnant bruit, l’alerte n’a été donnée que deux heures après la détonation. En effet, un habitant passant par là a senti une odeur suspecte ainsi qu’un dégagement de fumée important émanant de l’ancien atelier. Les pompiers de la région ont rapidement pu maitriser le feu et sécuriser la zone.

Surpris par le fait que l’explosion a été ressentie jusque dans les bureaux de l’Alcazar à Sion faisant même sursauter son directeur général lors sa partie de fléchettes, nous avons décidé de mener l’enquête. Ni une ni deux, Paul-Loup, notre stagiaire non rémunéré, enfourche sa mobylette Solex et s’en va à la conquête de la Rive Droite. A la suite d’une malheureuse panne, Paul-Loup est contraint de se mettre au repos forcé à la hauteur du village de Grimisuat. Professionnel dans l’âme, l’apprenti journaliste décide d’aller sonder la population locale pour en savoir plus. Arrivé au Café de la Place, il s’assied au comptoir et questionne Placide Mabillard, un septuagénaire ayant élu domicile dans le bistrot depuis l’an 2000. Accoudé au bar en buvant son ballon de Gamay, il nous explique :« Tu sais, les saukans (NDRL: sobriquet désignant les habitants d’Ayent) ils sont tous sourds muets alors faut pas chercher plus loin. » Il pouffe de rire et ajoute « Non je plaisante, t’en as quand même quelques uns qui savent parler, mais ils sont minoritaires dans le village ».

Pantagruel Vouillamoz