Archives de l’auteur : L'Alcazar

yannick-buttet

[Yannick Buttet] Il touche une rente AVS par erreur

Une drôle de péripétie s’est produite dernièrement pour le Conseiller national et Président de Collombey-Muraz, Yannick Buttet. En effet, une rente AVS lui a été versée alors que l’homme n’est âgé que de 40 ans ! Cela a de quoi surprendre. L’Alcazar a donc essayé de comprendre l’origine de cette bévue.

Pour l’instant le mystère plane sur l’origine de cette erreur. La première pourrait provenir de ses passions, certains algorithmes de plusieurs caisses de compensation prennent en compte les passions et les occupations pour verser des rentes en cas d’une mauvaise lecture des dates de naissance faite part le système. L’analyse du profil Facebook (NDLR : fêtes de fanfares, membre PDC, Ordre de la Channe) initiée par la rédaction nous laisse croire en cette possibilité.
La 2ème possiblité pourrait prendre source de la bienveillance d’un employé de la caisse de compensation qui aurait pu corriger sa date de naissance (1977) en croyant en une erreur du système.

S’agit-il d’un cas isolé ?

Yannick Buttet a bien entendu immédiatement signalé l’erreur commise à sa caisse de compensation. Néanmoins est-ce que cela pourrait également toucher d’autres citoyens lambdas éventuellement moins honnêtes que notre Conseiller national ? La question se pose selon plusieurs experts, ces erreurs pourraient représenter le 1% du total des rentes AVS versées chaque année. Dans ce cas, nous ne parlons que du problèmes des rentes AVS… Qu’en est-il des allocations familiales ? Pour l’instant, selon nos reporters, Mathias Reynard, en tout cas, n’en toucherait effectivement plus.

Innocent Dubuis

fff

[Émotion] Gianluigi Buffon à nouveau en larmes après l’hommage du conseiller d’Etat Frédéric Favre

« Si l’émotion a été grande après notre qualification manquée pour la Coupe du monde, ce n’est rien à côté de ce que j’ai ressenti quand Fredo (ndlr: Frédéric Favre) a publié ce message de soutien ». Le portier retraité de la Squadra Azzura semble présenter d’inquiétants symptômes d’hyperventilation. « Vous vous rendez compte ? Un grand ministre des sports qui me livre un tel hommage, c’est… c’est…»

La gorge toujours nouée, « Gigi » peine à terminer ses phrases, mais ce sont bien des larmes de bonheur qui ruissellent le long de ses joues.

« En majuscule qui plus est »

À peine après avoir quelque peu reprit ses esprits, le numéro 1 se met à sauter en l’air comme pour ravir une étoile dans les cieux. « C’est qu’il a écrit MONSIEUR Buffon ! En majuscules ! Ce sont des lettres grandes comme ça », image-t-il en poursuivant ses élongations aériennes.

Sans complexe, Gigi Buffon avoue très volontiers que ce jour est « sans aucune discussion », le plus beau de sa vie. « Je n’ai jamais été aussi fier », a-t-il conclu en dessinant amoureusement un « FF » sur le front de sa petite fille, présente lors de l’interview.

Caliméro Fournier

nordman-ConvertImage

[Incident diplomatique] Ce n’est pas le président catalan Carles Puigdemont mais Roger Nordmann qui s’était rendu à la police belge

Cela pourrait ressembler à une énième histoire belge. En effet, il y a quelques jours, selon les médias traditionels,  le président catalan, Carles Puigdemont se serait rendu aux autorités belges suite au mandat d’arrêt européen lancé par les autorités espagnols.

Mais grâce aux investigateurs de L’Alcazar dépêchés sur place nous avons pu découvrir qu’il ne s’agissait pas de Carles Puigdemont mais bien de Roger Nordmann, conseiller national vaudois, visage connu de la politique suisse.

Porte-monnaie perdu durant son séjour à Bruxelles 

En vacances en famille, le séjour de Nordmann avait plutôt mal commencé,« A peine arrivé à Bruxelles, que j’ai égaré mon porte-monnaie. Mon premier réflexe a donc été de me rendre dans le premier poste de police. » A ce moment l’homme avoue ne pas avoir compris immédiatement le déferlement médiatique. « Une fois au poste de police j’ai vu des centaines de photographes s’amasser devant le poste de police, à force de répéter aux autorités que je m’appeler Roger et pas Carles j’ai commencé à comprendre l’erreur commise par les autorités belges mais elle ne voulaient plus rien n’entendre …»

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le conseiller national vient d’être libéré et les autorités belges ne disposent encore d’aucune information sur la présence ou non de Carles Puigdemont sur leur territoire.

Innocent Dubuis

alcazar-gilloz

[Protestation] Un milliard pour les Gillioz : «Eh pourquoi pas pour les Fournier ?» s’offusque le comité du patrimoine nendard

«À un moment donné il faut arrêter ce favoritisme qui n’est pas bon pour l’unité du canton.» Paul-Yves Fournier ne décolère pas. «Si la Confédération est capable de sortir un milliard pour les Gillioz, qu’en sera-t-il pour les autres familles?»

La question du président du patrimoine nendard n’a pas tardé à soulever une vague de protestation dans de nombreux autres fonds de vallée. «La Confédération n’a plus d’argent pour subventionner les petits paysans de montagne mais crache des millions pour les Gillioz», s’enflamme Marcel Héritier, porte-parole des Héritier de Savièse.

«On nous parle d’investissements durables, de Gillioz à taille humaine, mais jamais de ma vie je n’ai vu un Gillioz dépasser les 2 mètres, s’exclame quant à elle Patricia Balet, présidente «des Balet d’ici et d’ailleurs.» Franchement débourser une telle somme pour un problème qui n’existe même pas, avouez qu’on a le droit de se poser des questions.»

Quant aux principaux intéressés, les Gillioz eux-mêmes, ils accueillent la nouvelle avec un sourire empreint de scepticisme. «Avec ça, le financement de la fête de famille de la mi-été est assuré pour quelques centaines d’années, se réjouit le président des «Gillioz du Valais», Henri-Fernand Gillioz. Après on ne veut pas sombrer dans certaines dérives. À peine la nouvelle du soutien tombée, mes deux fils ont reçu des demandes en mariage venues des quatre coins du canton.» De quoi tourmenter bon nombre de parents Gillioz, puisque les enfants d’Henri-Fernand viennent tout juste d’avoir respectivement 8 et 12 ans.

Vital Monnet

Chrisitan-constantin-

[Suspension] Christian Constantin prévoit de survoler le stade en hélicoptère lors des rencontres du FC Sion

La réaction du patron du FC Sion ne s’est pas faite attendre suite à l’annonce de sa suspension de 14 mois. « Je prendrai l’hélico et tant pis pour le bruit », lâche un Christian Constantin visiblement peu chamboulé par cette sanction. « Je suis déjà considéré comme le Tout-Puissant, ça parait donc logique de suivre les matchs depuis les cieux », poursuit-il en dessinant calmement une croix dans les airs.

Quant à l’amende de 100 000 francs qui s’ajoute à l’interdiction de terrain, le président relativise. « Je ne suis pas à la tête d’un Neuchâtel Xamax, ça devrait aller ».

Une bonne nouvelle pour Paolo Tramezzani

Le grand gagnant du jour n’est pas Rolf Fringer, mais bien l’entraîneur du onze valaisan Paolo Tramezzani. « Vu que le boss ne peut plus mettre un pied au stade, il me suffit de ne plus répondre au téléphone et mon avenir est assuré pour les 14 prochains mois », exulte le tacticien.

Une opportunité qui pourrait lui permettre de ravir à son homologue Didier Tholot le record de longévité en patron de l’équipe de la capitale (427 jours). « On croise les doigts », conclut Tramezzani.

Caliméro Fournier

Chrisitan-constantin-

[Indignation] Mécontent de la hausse des primes d’assurance-maladie, le Valais menace d’envoyer Christian Constantin renégocier les tarifs

Si le chiffre était attendu, le canton du Valais s’est dit « extrêmement mécontent » de cette hausse de 5,9% pour un assuré adulte et de 7% pour les enfants. « Nous avons fait savoir au Conseil fédéral que nous n’hésiterons pas à envoyer Christian pour renégocier ces chiffres », relate le canton dans une missive au ton très acerbe. Et les élus de préciser : « on l’a vu, quand ça touche aux enfants, CC n’est pas un enfant de chœur ».

« On ne sait pas trop à qui s’en prendre »

La détermination valaisanne est sans équivoque, mais une inconnue demeure. « En fait, personne ne sait trop qui est véritablement derrière la hausse, du coup c’est compliqué de viser quelqu’un en particulier », déplore le conseiller d’Etat Jacques Melly.

Qu’à cela ne tienne, Christian Constantin ira toquer à la porte des 7 sages. « C’est le Conseil fédéral qui communique, c’est eux les responsables », lâche le patron du FC Sion en enfilant ses gants de boxe.

Si la violence de la rencontre risque fort d’atteindre son paroxysme, qu’Alain Berset et consorts se rassurent, ils sont bien assurés.

Caliméro Fournier

avion

[Nuisances sonores] Les organisateurs du Breitling Air show en passe de réaliser que tout le monde les déteste

« Mais c’est fini ce boucan » ? Pourtant confortablement installé sur une terrasse de la place du Midi, Pierrot fulmine. « Si je prends l’avion, c’est pour aller d’un point A à un point B. Eux, sont les politicards du ciel, ils ne font que tourner en rond ».

À l’instar de ce Sédunois mécontent, ils sont de plus en plus à remettre en doute l’intérêt du meeting aérien. À tel point qu’ils ont dorénavant formé un comité. Symbolique baptisé « Air conditionné », le collectif pèse aujourd’hui quelque 13 000 membres.

« Une démarche avant tout écologique »

Et son président, Steve Felley, entend bien faire valoir son argumentaire. « Ils me tapent tellement sur le système avec leurs avions que je suis obligé de prendre mon 4X4 pour aller au chalet. Et autant te dire qu’elle ne consomme pas comme une Fiat Punto. Tu vois le drame écologique qu’ils me font faire ? », lâche ce robuste bonhomme visiblement au bord des larmes.

Contactée par téléphone, la direction de l’Air Show a tenu à rappeler que l’organisation était « propriétaire du ciel valaisan » et que les éventuels faiseurs de troubles seraient parachutés à Martigny puisque leurs revendications n’étaient que du vent.

Caliméro Fournier

hes-fa

[HES-SO] De gros dégâts matériels après l’arrivée d’un élève en FA-18 à l’école

Les buzz se multiplient à la HES-SO. On avait eu droit aux vidéos montrant un étudiant arrivant en ski à l’école, un autre arrivant en VTT ou encore celle diffusant un étudiant en train de travailler dans les locaux de la HES.

Mais ce matin, à force de vouloir repousser les limites du buzz, l’école n’est pas passer loin du drame. En effet, un élève a voulu venir en cours en FA-18.

La directrice de l’école, Massy Rose, encore sous le choc, déclare : « je crois que nous avons franchi la limite… Nous voulions avant tout faire parler de notre école pour essayer de motiver plein de jeunes à s’inscrire mais depuis ces vidéos tous les élèves se lancent des défis pour franchir la porte d’entrée de manière originale. La semaine passé, un élève a franchi la porte en poirier avec une paire de roller scotchée sur sa tête ou un autre est venu avec un sac d’école plein. On a cru a une attaque terroriste. »

Si les dégâts ne sont heureusement que matériel (NDLR: un hall d’entrée complètement détruit), cet incident démontre les limites des vidéos tentant de créer le buzz pour attirer de nouveaux élèves et les risques que cela comporte. Selon nos informations, un étudiant d’origine koweïtienne aurait voulu débarquer à l’école en sous-marin la semaine dernière. Par chance, la topographie de la région sierroise aurait eu gain de cause sur les ambitions de l’élève lequel aurait d’ailleurs renoncé à son projet quelques minutes avant de s’élancer.

Innocent Dubuis

 

bloggif_58d1548ea8611

[Scoop] L’assemblée constitutive du PDCLR aura lieu le 21 avril 2017

La rumeur était persistante depuis ce dimanche 19 mars qui a été marqué par une entente tout autant inattendue qu’opportuniste du PLR et des PDC. Une alliance d’un jour qui se dessinera d’ici un mois en une alliance pour toujours.

Oubliant leur rivalité historique, les deux partis ont décidé de ne faire plus qu’un pour l’avenir du canton. Serge Métrailler, président du PDCvr, « pouvoir se battre pour l’économie et plus seulement pour la famille est un véritable bol d’air pour le parti. On le fait depuis longtemps mais là on pourra le faire de manière assumée. Dans les conseils d’administration, on passait vraiment pour des rigolos. » 

Réactions dans les villages 

Du cotés de Leytron, le président PLR, Patrice Martinet ne cache pas son enthousiasme, « c‘est une immense joie pour ma commune, chaque Leytronain pourra faire ses courses où il le désire. Je pourrai enfin aller à la Migros de l’Union sans pour autant passer pour un traître aux yeux des radicaux. Ma fibre libérale m’incite aussi à penser qu’il s’agit d’une perspective de développement pour la commune de Leytron et en plus je préfère les produits Migros. » A Savièse, la récente dissolution de l’Entente (ndlr: PLR et PS), n’était qu’un coup d’avance sur la prochaine création du PDCLR, « il y aura beaucoup plus de perspective à gouverner à 11 conseillers plutôt qu’à 6… » Déclare Julien Dubuis, président du PLR Savièse.

Qui comme nouveau président ? 

Autre question de grande importance, à qui sera attribué la présidence de ce parti « mammouth » ? René Constantin, président des PLR, avoue déjà avoir fait son choix, « On a trouvé un certain René Métrailler, il n’a pas d’expérience. En effet il n’a jamais fait de politique mais il est super motivé et ne demande qu’à apprendre. » Consulté par e-mail suite à notre sollicitation Christophe Darbellay ne cache pas sa joie, « Tant que j’ai l’éduccasion le reste n’est pas important. »

Tout semble donc réglé dans les  grandes lignes de la future fusion des deux partis sauf un point spécifique… Il s’agit de l’avenir des fanfares. Personne n’a voulu pour l’instant se prononcer à ce sujet  encore source de conflit.

Nul doute qu’il s’agit d’un fait historique de la politique valaisanne. « Beaucoup de morts se sont retournés dans leur tombe suite à l’alliance contre nature de dimanche mais ils se sont tous retournés du côté de l’avenir… » déclare René Métrailler, futur président du PDCLR

Innocent Dubuis

 

293213313_4275328f83_z

[Sion] Touché par la fermeture de la dernière discothèque, le home du Glarier ouvrira ses portes au public pour le thé dansant hebdomadaire

L’établissement médico-social sédunois a pris très à cœur la fermeture de la dernière discothèque de la capitale, le Trentequarante. La direction du Glarier a promis de s’investir sans compter pour « pallier le cruel manque d’animation ». Reportage.

« Dès la semaine prochaine, tous les vendredis entre 15 et 18 heures, on ouvre notre thé dansant au public », lance fièrement Paul Theytaz, directeur du home du Glarier. L’opération vise à offrir une alternative aux noctambules qui subissent de plein fouet l’agonie de la vie nocturne sédunoise. « On est conscient que l’horaire n’est pas idéal pour les fêtards, admet le directeur de l’EMS. Mais avec une offre festive qui ne cesse de s’amenuiser, on deviendra vite l’endroit le plus en vue de la ville ». L’initiative a séduit les pensionnaires du home, à l’image de Colette, 97 ans. « Je suis veuve, passablement fortunée, et les jeunes n’ont généralement pas un sou. Vous voyez le tableau ? », chuchote-t-elle du bout des lèvres.

Le Grand Conseil approuve

La grande majorité des députés valaisans ont salué la démarche. Le président du parlement, Edmond Perruchoud, reconnaît volontiers que « le Glarier enlève une sacrée épine du pied au Grand Conseil ». Le sujet, récurent ces derniers jours, prenait dangereusement des allures de polémique.  « Tous les jeunes sont en train de miauler parce qu’ils ne peuvent plus faire la bombe jusqu’à 4 heures du mat’ », déplore l’élu UDC avant de poursuivre : « Nous, on bosse. Autrement dit, on est trop fatigué pour aller faire les guignols en ville le soir. Alors désolé si ce n’est pas notre première priorité ». Des mots qui traduisent une certaine léthargie face aux préoccupations de la jeunesse.

Reste à savoir si la proposition du home permettra réellement aux oiseaux de nuit de la capitale de prendre leur envol.

Caliméro Fournier