Archives de l’auteur : Abdelkader Perruchoud

IMG_20180607_124158_266

[Ecole Primaire de Flanthey-Lens] Lancement de la première bouteille de fendant dans la stratosphère

Le Congo avait tenté de lancer Troposphère 5, le Valais lancera Topettesphère 1. La nouvelle s’est fêtée en grande pompe à l’Ecole Primaire de Flanthey-Lens à coup de Champomy et de Rivella rouge. Et pour cause, après plusieurs années de travail, les élèves sont venus à bout de leur projet de lancer une bouteille de fendant dans l’espace. Sobrement appelé « Topettesphère 1 », la 0.75 l de blanc sera lancée symboliquement depuis le Stade du Christ-Roi le 28 juillet. Soutenu par Valais-Wallis Promotion, le projet a également pour but de redorer le blason du canton, bien terni par les débats virulents sur les JO de 2026.

Si peu d’informations ont encore été dévoilées, l’EPFL a en revanche déjà lancé un appel d’offre dans les milieux vitivinicoles valaisans pour désigner quelle cave aura l’immense privilège d’envoyer son cépage survoler l’Alpe blanche jusqu’aux cieux. Le commandant John Bonvin du VSS Couchepin s’est déjà déclaré ravi que les Valaisans continuent de conquérir l’espace.

Pollux Gaspoz

IMG_20180330_173653_765

[Sion2026] Frédéric Favre présentera des séances d’information simultanément grâce à un hologramme

Frédéric Favre a le vent en poupe. Conférence par ci, interview par là, le conseiller d’Etat n’est jamais très loin lorsqu’un débat sur les Jeux Olympiques est engagé. Dédé Fragnière, habitué du bar l’Igloo à Veysonnaz nous le confirme : « Je buvais tranquillement un jus sur la terrasse mardi quand j’ai commencé à critiquer la propagande des JO avec mon copain Flonflon. Tout d’un coup, Frédéric Favre est arrivé de nulle part pour nous présenter, graphiques en main, sa version des faits pendant plus de 30 minutes ! Et de poursuivre :  « On a vraiment eu les chocottes, je suis parti immédiatement engueuler la sommiche (NDLR: la sommelière) pour lui demander ce qu’elle avait foutu dans le Gamay. » Ce qui est arrivé aux deux copains ne semble pas être un cas unique. Plusieurs histoires du même genre nous ont été rapportées.

Hologramme aussi au bistrot ?

Y aurait-il un rapport avec le projet d’hologramme de Frédéric Favre qui souhaite démultiplier sa personne pour convaincre le maximum de Valaisans à glisser un oui dans les urnes le 10 juin prochain ? Peut-être. Par manque de temps, il ne pourra participer à toutes les séances d’information destinées aux communes valaisannes et répondre à toutes les sollicitations médiatiques. C’est donc en collaboration avec l’EPFL qu’un hologramme de l’élu PLR devrait voir le jour au mois d’avril afin de participer simultanément à plusieurs rendez-vous. Quelques communes se sont déjà montrées intéressées et ont agendé une soirée d’information avec une réplique du Conseiller d’Etat. Des cafés ont également exprimé leur intérêt afin d’attirer de la clientèle. Sis en vieille ville de Sion, le bar de la Grenette a lui aussi formulé une demande de Frédéric Favre en hologramme dans le cadre d’une soirée privée.

Après Jean-Luc Mélenchon, Frédéric Favre deviendra donc le deuxième politicien à apparaître sous forme d’hologramme. Si le financement de la prouesse technologique reste encore mystérieux, nul doute qu’il fera grincer des dents à l’heure où le budget des JO est au cœur des tous les débats.

Sigurbjörn Chabbey

 

 

 

tristan dessin

Bagarre au tea-room : La rubrique mots croisés du Matin était déjà remplie à 7h30

SION. Il était environ 7h30 lundi matin quand Norbert* rentre dans un bistrot de la zone industrielle. Comme à son habitude, il commande un renversé et un croissant avant de prendre les nouvelles de la veille en lisant Le Matin. Voyant une actualité peu reluisante, Norbert décide de passer directement à la case « mots croisés ». Cruciverbiste féru, il ne se déplace jamais sans son crayon à papier sur lui.

Mais ce lundi, tout ne s’est pas passé comme prévu. La page des mots croisés était remplie au feutre noir. Choqué, le sang du quadragénaire ne fit qu’un tour. Il se lève immédiatement de son tabouret et vocifère : « C’est qui le dordon qui a peinturé la page des mots croisés ? ». Pas de réponse. En réitérant sa demande une deuxième fois, il remarque au fond du bistrot un homme plus âgé tout sourire. Ni une ni deux, Norbert file en sa direction pour s’expliquer.

L’homme avoue être le coupable du méfait. Le ton monte rapidement entre les deux hommes. Non seulement il refuse de s’excuser, mais il semble fier d’avoir terminé la grille numéro 96 des mots fléchés du jour à seulement 7h30. Les noms d’oiseaux pleuvent et l’altercation devient même physique quand l’individu plus âgé jette son verre de vieille prune au visage de Norbert.

En quelques instants le petit bistrot paisible devient un champ de bataille. Des coups sont échangés, des verres volent en éclats pendant que deux employés communaux hilares filment la scène. La serveuse du bar, apeurée, sera contrainte d’appeler la police pour faire cesser cette bagarre.

La maréchaussée n’aura d’autres choix que d’embarquer les deux protagonistes pour une vérification au commissariat. Après avoir entendu les deux hommes, la police les a laissés libre non sans une amende d’ordre pour émeute et refus d’obtempérer.

Floriandre Salamolard

*prénom d’emprunt

stickers

Top 5 des cadeaux préférés des Valaisans

Noël arrivant à son terme, l’Alcazar est heureux de vous proposer son top 5 des meilleurs cadeaux de Noël reçu par les habitants du Vieux-Pays.

5. On commence par la fin. En cinquième place, c’est le fameux mètre de bière en vente dans plusieurs magasins valaisans.  Ce présent, bien plus onéreux que l’achat des boissons houblonnées à l’unité, a le mérite d’être une valeur sûre. Idéal pour beau-papa ou le tonton soulon.

4. Le bon aux Bains de Saillon/Lavey. Un grand classique qui est toujours autant populaire, en particulier pour les jeunes adultes ne sachant pas quoi offrir à leur maman ou grand-maman. Pour les plus grands radins, c’est également l’occasion de faire un cadeau gratuit en profitant du bon reçu au concours de la BCVs.

3. Une babiole du magasin nature et découverte. Celui-ci est toujours présent sous l’un ou l’autre sapin de Noël familiale. Généralement acheté par le branleur de la famille le 23 au soir en toute urgence, ce cadeau aura le mérite de remporter la palme de l’inutilité. Qu’il soit sous forme de diffuseur d’humidité relaxant, d’une bougie en papier mâché ou d’un encens parfumé à la viande séchée, la babiole finira dans un placard, avec les stylos cassés et les visses inutilisées des armoires Conforama.

2. Les stickers d’étoiles dorées pour voiture de sport. Bien que pour les puristes, seules les Subaru Impreza sont autorisées à porter avec dignité ces autocollants, ils sont déclinables sur différents modèles de voitures afin de commencer l’année 2018 avec branchitude ultime

1. Un t-shirt « Et le 8ème jour Dieu créa les Valaisans ». Car même les Suisses ont besoin d’un héros. Ils font encore fureur dans nos contrées. L’internet n’étant pas encore présent dans tous les foyers du canton, nos ainés ignorent encore que ces t-shirts sont déclinables sous toutes les formes avec le même slogan pour les Vaudois, Genevois, ce qui rend l’originalité du concept un peu bancale. Qu’importe. Vous vous consolerez avec cette paire de chaussette et ce bonnet aux 13 étoiles rouges et blanches présents dans le coffret du parfait valaisan.

 

Et en bonus voici quelques idées de cadeaux qu’ont reçu les Valaisans qui ont fait l’actu cette année :

Yannick Buttet : un rouleau de sac poubelle homologué 110L pour la nouvelle taxe au sac. Non seulement pratique pour bien débuter l’année sans se ruiner, ce sac pourrait donner la possibilité de s’y engouffrer pour hiberner en attendant un jour meilleur pour l’ex conseiller national.

Christian Constantin : il risque d’être gâté l’emblématique président du FC Sion. Loin des strass et des paillettes, cette année risque d’être plus sobre. Avec une cagoule rouge et blanche offert par les supporters sédunois, Christian Constantin pourra sans problème la porter afin de rentrer incognito à Tourbillon. A condition qu’elle ne contienne pas de trou nasal. Autre cadeau qui pourrait ravir CC : un nouvelle formule pour la Super League avec des matchs à 45 minutes seulement. Nul doute qu’avec celle-ci, il pourrait atteindre ses objectifs européens en fin de saison.

La commune de Monthey : selon nos sources, la ville du Chablais aurait reçu en guise de cadeau de Noël une gigantesque boule de démolition. En effet, seule commune à avoir refusé la taxe au sac dans la région, Monthey pourrait se voir rempli des déchets des citoyens des communes avoisinantes. Si la situation devenait incontrôlable, la solution se tournerait peut-être vers une démolition pure et simple de la ville pour en faire une usine géante d’incinération et de stockage de déchets.

Le comité de Sion2026 : les lettres adressées au Père Noël ont fait mouche cette fois. Avec des personnalités dans la tourmente, l’image de la candidature des JO de Sion 2026 en a pris un sévère coup. Il  semblerait que le comité se soit vu remettre une lettre de recommandation pour les Jeux Olympiques propres signé de la main de Vladimir Poutine, celui qui avait fait vibrer le monde à Sotchi en 2014.

La voirie de Sion : après des chutes de neige abondantes dans la capitale sédunoise en décembre et son lot de problèmes, il semblerait que les responsables de la voirie de Sion aient commandé un mois de janvier doux et très ensoleillé. Espérant voir fondre la neige aussi rapidement que l’espoir de revoir Yannick Buttet sous la coupole fédérale, les Sédunois seront surement heureux de revoir les terrasses ouvrir.

Tuba Bruttin

icetea

Le thé froid de la Migros fait son entrée au patrimoine culturel immatériel

« Une nouvelle fantastique pour la Suisse » s’est exclamé la présidente de la confédération Doris Leuthard. Et pour cause, l’annonce de l’entrée du thé froid de la Migros au patrimoine culture immatériel (NDLR: l’équivalent du Patrimoine Mondiale de l’Unesco pour les choses) a fait sensation tôt ce matin.

Lire la suite

fdv

Guide 2017 pour les souillasses du comptoir

Nous sommes vendredi. Aujourd’hui c’est l’ouverture de la Foire du Valais 2017. Mais ça tu le sais très bien parce que t’as au moins cinq de tes amis qui publient chaque jour sur Facebook un petit « J-3 ! » « J-2 » etc… Alors toi aussi tu fais partie de ces gens qui subissent en silence les désagréments de cette foire de pochtrons ? Non pas que tu sois contre le Comptoir, d’ailleurs t’as prévu une sortie avec les copains et t’as même crée un groupe what’s app nommé « Mine comptoir 2017 (smiley choppe de bière x2) » mais tu sens que pendant 10 jours, tu vas boire, manger et sniffer de la FDV à toutes les sauces. Cesse donc de stresser car l’Alcazar a prévu un petit guide pour supporter plus facilement cette édition 2017 placée sous le thème de Cuba et des jeux de mots à la con.

Lire la suite

Women’s_History_Month_Art_And_Feminism_-_02

Une association féministe veut interdire l’expression « Ciao bonne »

« Quand une expression dénigrant la femme devient à ce point banal, c’est un signal alarmant que toute la société se dérègle. » C’est par ces mots que l’association « Womanocry » a décidé de s’exprimer par le biais de sa porte-parole Guenièvre Arlettaz. Dans son viseur, l’expression bien connue sous nous latitudes : « Ciao bonne ». Pour l’association, ces deux mots mis ensemble représentent une atteinte à la dignité des femmes puisqu’ils dénigreraient le genre féminin en l’associant à de la vulgarité.

Si les Valaisans ont pris l’habitude de s’exprimer ainsi pour saluer et prendre congé d’une personne leur étant familière, tout porte à croire que l’origine de « Ciao bonne » soit de nature sexiste développe l’organisation féministe. Cette dernière va même plus loin en proposant tout simplement son interdiction et une dénonciation pénale à qui entraverait ladite interdiction.  Rappelons que l’article 261 bis du Code pénal suisse prévoit des peines privatives de liberté allant jusqu’à 3 ans pour « celui qui aura publiquement, par la parole, l’écriture, l’image, le geste, par des voies de fait ou de toute autre manière, abaissé ou discriminé d’une façon qui porte atteinte à la dignité humaine une personne ou un groupe de personnes en raison de leur race, de leur appartenance ethnique ou de leur religion ». Par cette action, l’association « Womanocry » lance un gros pavé dans la mare valaisanne. Si l’affaire devait prendre une tournure sérieuse,  les discussions dans le Vieux-Pays pourraient être bouleversées à jamais.

Léodagan Genolet

fidel

[Foire du Valais] Les Jeunes UDC du Valais Romand lancent un appel au boycott « contre la propagande communiste »

Après s’être fait temporairement suspendre leur page internet et après avoir partagé des appels à la violence, les Jeunes UDC du Valais Romand ont encore fait parler d’eux aujourd’hui. En effet, la relève du parti agrarien a publié tôt ce matin un communiqué dans lequel elle appelait à boycotter purement et simplement la Foire du Valais version 2017. Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que des Valaisans s’en prennent autant vigoureusement à la plus grande fête du canton ? Décryptage.

L’annonce était tombée mercredi. Le thème du Comptoir qui se déroulera du 29 septembre au 8 octobre 2017 se fera autour de Cuba avec le slogan « Fidel à nous-mêmes ». Une référence au feu président cubain Fidel Castro qui semble faire grincer des dents pour une frange conservatrice de la population. C’est le cas de la jeune garde de l’UDC du Valais Romand qui s’est fendu d’un communiqué publié ce matin condamnant « une imposture d’éloges socialo-tyrannique ». Les JUDCvr ne sont pas allé de main morte pour dénoncer le choix  de la foire martigneraine. Pointant du doigt la « gauchisation de la société valaisanne voulue par les élites bienpensantes » et la « banalisation de la dictature sanguinaire », ils ont appelé à boycotter la Foire du Valais pour ne pas cautionner « la mascarade bisounours ».

Le communiqué n’a pas reçu l’effet escompté pour le moment. Les premières réactions ont été pour le moins mitigé. Si certains comprennent le fond, ils ne s’interdiront pas pour autant de se rendre dans la ville octudurienne en début d’autonome comme nous le confirme Paluchon, électeur UDC originaire d’Isérables : « j’aime pas les socialos, mais bon, on va pas se priver d’aller se mettre des jus en bas au Comptoir ou bien ? Et puis bon, j’ai entendu dire qu’ils vont nous mettre un stand de Mojito valaisan, alors tu me vois rater ça ? »  Même son de cloche du côté de Ronron, habitué de la FDV : « Pour bons nombre d’entre nous, le Comptoir c’est les seules vacances qu’on s’octroie, alors mauvais thème ou non, on y sera » se réjouit-il tout en publiant un statut sur sa page Facebook « voyage à Cuba réservé ».

Rafiki Gillioz

Alcazar photo

[Insolite] Il voulait suivre le FC Sion à Lens, il finit au Pas-de-Calais en France

Il voulait suivre son équipe fétiche au Stade du Christ-Roi à Lens, il termine à Lens en France après 8 heures de route. C’est la folle histoire de Jordan, 26 ans, qui a vécu une journée assez particulière samedi.

Ce samedi, le FC Lens organisait son 70ème anniversaire. Au programme, plusieurs matchs dont un joli FC Sion-FC Chiasso qui a attiré 1000 spectateurs. Ils auraient pu être 1001 si le GPS de Jordan n’avait pas joué des tours. Voulant profiter de la journée au frais dans la commune de la Louable Contrée, Jordan quitte son domicile saillonin vers 11h. N’étant pas sûr de la route, il programme son GPS avec Lens comme destination finale et s’élance avec sa Golf GTI. Seulement, le malheureux n’avait pas remarqué que la destination de son GPS était en réalité la commune de Lens, dans le département du Pas-de-Calais en France. Mais comment a-t-il pu rouler des heures sans se rendre compte de son erreur ? Jordan nous explique : « Je savais qu’il existait un raccourci, alors je me suis dit que c’était peut-être plus rapide en direction de Martigny. Et de fil en aiguille, bercé par les mélodies endiablées de ma playlist de Patrick Sébastien je me suis retrouvé en France ».

Malgré la déception d’avoir raté la première sortie de la saison 2017-2018 du FC Sion, Jordan préfère en rire. Il a profité de cette escapade inattendue pour visiter la ville de Lens et a même eu l’occasion de faire connaissance avec des gens du coin comme il nous le raconte : « J’ai pas passé inaperçu avec ma Golf modifiée. Un type est venu me parler et m’a invité à un concours de Tunning le lendemain. Non seulement j’y suis allé, mais en plus j’ai remporté le 1er prix de l’originalité des bagnoles grâce à la queue de renard accrochée au réservoir à essence que j’avais installé récemment ». Dans sa malchance, Jordan aura vécu une belle aventure qui ne manquera sûrement pas de raconter à ses enfants dans quelques années.

Djayzie Moix

lausanne1

« Fuck you, je suis un fan du Lausanne-Sport » : l’acte héroïque d’un Vaudois face à des voleurs de tracteur à Echallens

Les actes héroïques semblent faire des émules. Après le supporter de Millwall en Angleterre qui a combattu à mains nues trois terroristes armés de couteaux samedi soir, un Vaudois de 29 ans a usé du même stratagème pour affronter deux individus qui tentaient de dérober un tracteur mardi à Echallens. L’Alcazar a rencontré Josué, ce supporter du Lausanne-Sport qui a fait preuve d’un courage inouï pour arrêter les malfrats. Reportage.

Il était 23h30 mardi soir dans la commune d’Echallens, dans le Gros-de-Vaud, quand Josué promenait Couscous, son Jack Russel de 3 ans sans imaginer une seconde ce qu’il allait vivre. Arrivé à proximité d’une ferme, il entend un bruit suspect. Habitué des lieux, il est persuadé que les propriétaires ont fermé boutique à cette heure-ci. Consciencieux, Josué décide immédiatement de s’approcher de la ferme pour en avoir le cœur net. Surprise, il tombe sur deux hommes parlant une langue étrangère qui tentent de subtiliser l’un des tracteurs de la ferme. « J’ai tout de suite couru dans leur direction sans réfléchir » nous raconte Josué. Comme j’ai vu qu’ils ne parlaient pas français, j’ai essayé de brailler en anglais. Malheureusement, ayant arrêté l’école à 14 ans, je n’ai jamais bénéficié de cours dans cette langue alors j’ai crié comme j’ai pu : « Fuck you, je suis un fan du Lausanne-Sport » avant de choper une grelinette qui trainait là et de leur foncer dessus. » L’acte du jeune homme est héroïque puisque les propriétaires de la ferme, réveillés par le vacarme, ont soudainement accouru et ont appelé la police cantonale. Cette dernière a  pu embarquer les deux brigands.

Le brave vaudois souffre de contusions aux jambes et de quelques griffures au visage dues à l’altercation avec les deux malfrats. Très chaleureusement remercié par la police et les propriétaires, Josué devrait recevoir prochainement des mains des autorités une distinction pour son acte de bravoure.

Paulan Grobéty