Archives mensuelles : avril 2018

[Sion2026] Les opposants veulent se rendre au sommet du Cervin pour brûler les livres de Christian Constantin

170’000. En Valais, le chiffre donne le tournis et fait jaser jusqu’au fin fond du Val d’Anniviers. C’est pourtant le nombre gigantesque de livres signés Christian Constantin qui vont se retrouver dans toutes les boîtes aux lettres valaisannes – même à Isérables moyennant un délai de quelques semaines. Des livres titrés «Je voulais vous dire» une citation qui n’est pas tirée directement du phrasé du président du FC Sion. «J’avais proposé «Disons que bon, j’voulais juste te dire» mais cela n’a pas passé la censure des correcteurs», souligne l’entrepreneur martignerain.

Les éditeurs, ces gens de gauche

Une autre barrière est ensuite venue se dresser sur le chemin de ce livre cherchant à faire la promotion du «OUI» à Sion 2026. Aucune maison d’édition ne souhaitait faire paraître le recueil long de 61 pages. «Ce sont souvent des gens de gauche qui tiennent ce genre de maison peu rentables, tu sais. Des gens qui sont donc par essence opposés aux Jeux Olympiques.» Pas de quoi cependant freiner les ardeurs de CC qui a fondé les «Editions de Tourbillon» pour l’occasion. «Ce nom rappellera aux lecteurs que j’ai réussi tout ce que j’ai entrepris jusqu’à présent», lâche le boss du FC Sion.

Le Cervin symbole malgré lui

Un avis pas forcément partagé par les opposants au projet de Sion2026. Ceux-ci voient en ce livre une énième bévue de leurs adversaires olympiques. «C’est un pur scandale, commente Jean-Pascal Fournier, président des Verts valaisans. Je suis en plus certain que ces livres ont été fabriqués à partir d’actes de bûcheronnage illicites pour élargir la piste de l’Ours ou la Nationale.» En réponse à ce qu’ils jugent déjà comme «un crime écologique et politique» les partisans du «NON» à Sion 2026 veulent frapper très fort. «Nous avons prévu de réunir autant d’exemplaires que possibles afin de les brûler.» Et en guise de clin d’œil aux défenseurs du «OUI», les livres seront brûlés au sommet du Cervin. «Il ne faut pas croire que Monsieur Constantin est le seul à pouvoir se payer une opération marketing d’ampleur dans ce canton et nous allons le lui prouver», commente le président des Verts.

Un signal écologique fort

Questionné à ce sujet, Christian Constantin peine – pour une fois – à répondre. «Je t’avouerai que j’ai vraiment de la peine à les comprendre. Je fais un livre de 61 pages en précisant que celui-ci peut être lu lors d’un aller-retour en train entre Sion et Martigny. Si ça ce n’est pas une démarche écologique pour prouver ma bonne volonté !»

Vital Monnet

[FC Sion] Christian Constantin engage Arsène Wenger « pour être assuré de finir 4e »

Alors que le FC Sion sue sang et eau pour garder la tête hors de l’eau, son président, Christian Constantin, estime avoir trouvé la parade idéale pour s’assurer du maintien. Ce dernier s’offre les services de l’homme aux 823 matchs de Premier League, Arsène Wenger. « Je viens juste de boucler le téléphone. Il saute dans le premier avion et viens boire une topette à Martigny pour finaliser le contrat », informe le dirigeant sédunois.

Jacobacci toujours en poste

Celui qui incarne la figure d’Arsenal remplacera-t-il l’actuel tacticien du groupe sédunois, Maurizio Jacobacci ? « Pas du tout », répond Christian Constantin qui semble avoir en tête un schéma bien précis. « Tout ce que je veux, c’est qu’Arsène traîne au bord du terrain. On le sait, avec lui dans les parages, on est certains de finir 4e », poursuit-il avant d’invectiver l’UEFA qui a récemment pris la décision de suspendre le FC Sion des compétitions européennes.

Donner des cours d’anglais et dire oui

Si le rôle de l’ancien Gunners n’est pas encore très clair, Christian Constantin a toutefois donné quelques pistes. « Il pourrait commencer par apprendre l’anglais aux joueurs histoire qu’ils soient en mesure de brailler sur l’arbitre », projette le président. Mais la mission du Français dépasse le cadre strictement pédagogique. « À chaque fois que je propose quelque chose et que je dirai « qu’en pensez-vous Arsène », je veux qu’il réponde « oui » ».

Le tacticien devrait faire sa première apparition sur la touche sédunoise dimanche à l’occasion du match contre le FC Bâle. « Avec Arsenal, on les avait rousté 4 à 1 en 2016, je suis plutôt confiant », s’est réjouit le principal intéressé.

Antoine Clavien

@Tristan

[Réouverture de CMA] Christophe Darbellay pressenti comme médiateur pour la rencontre Trump – Kim Jong-Un

Les heures de sommeil de Christophe Darbellay sur les trois derniers jours se comptent sur les doigts d’une main. Après avoir passé de longues heures au chevet des remontées mécaniques de Crans-Montana Aminona et des communes du Haut-Plateau, le conseiller d’Etat valaisan a été coupé dans son sommeil par un téléphone venu d’Asie. «J’ai été le premier surpris, souligne le principal intéressé. Au début j’ai cru à un canular de Fred à propos de Sion 2026.» Pourtant, au bout du fil, le ministre de l’économie ne reconnait pas l’accent si particulier de son collègue du Conseil d’Etat. «Il avait une bonne diction et parlait parfaitement anglais, je me suis assez rapidement rendu compte que ça ne pouvait pas être Favre.»

Trois hommes pour une rencontre au sommet

Ce réveil inattendu n’était donc pas dû au conseiller d’Etat PLR, mais a un autre membre haut placé sur l’échiquier politique international: Chung Eui-Yong, conseiller national sud-coréen à la Sécurité. D’abord certain d’être dans un rêve – ou un cauchemar, c’est selon -, Christophe Darbellay retrouve rapidement ses esprits. «Monsieur le ministre, nous avons entendu parler de vos prouesses en qualité de médiateur dans l’affaire entre CMA et les communes du Haut-Plateau. Tout notre pays a été scotché de voir que vous êtes parvenus à un accord», a expliqué le conseiller à la Sécurité. Acceptant les félicitations, avec sa modestie habituelle, le Valaisan s’interroge. «Si c’était uniquement pour des félicitations, il aurait pu attendre 8 heures du matin. Je me suis dit qu’il voulait sans doute quelque chose de plus.» Et une fois de plus sa clairvoyance ne le trompait pas. «Monsieur Darbellay, nous avons une faveur à vous demander: seriez-vous prêt à jouer les médiateurs lors de la rencontre prévue entre Kim Jong-Un et le président américain Donald Trump ?»

Un nouveau conflit majeur à résoudre

«J’avoue que sur le coup je suis tombé sur le cul, lâche le conseiller d’État du Vieux Pays. Aller en Corée, en pleine campagne pour Sion 2026, c’est risqué.» Mais Chung Eui-Yong a su se montrer persuasif. «Il m’a dit qu’ensuite je pourrais visiter les installations de PyeongChang qui ne se situent pas loin de la zone démilitarisée où aura lieu la rencontre. Peut-être que je pourrais négocier avec les Sud-Coréens pour ramener un tremplin de saut à ski et un anneau pour le patinage de vitesse.» Après avoir résolu le conflit entre CMA et les communes du Haut-Plateau, Christophe Darbellay s’attaquera donc à un autre conflit majeur de ce siècle. Une nouvelle médiation qui pourrait gommer les errances des gestionnaires du Haut-Plateau et redorer au bon moment l’image de la candidature Sion 2026.

Vital Monnet