Archives mensuelles : septembre 2017

fdv

Guide 2017 pour les souillasses du comptoir

Nous sommes vendredi. Aujourd’hui c’est l’ouverture de la Foire du Valais 2017. Mais ça tu le sais très bien parce que t’as au moins cinq de tes amis qui publient chaque jour sur Facebook un petit « J-3 ! » « J-2 » etc… Alors toi aussi tu fais partie de ces gens qui subissent en silence les désagréments de cette foire de pochtrons ? Non pas que tu sois contre le Comptoir, d’ailleurs t’as prévu une sortie avec les copains et t’as même crée un groupe what’s app nommé « Mine comptoir 2017 (smiley choppe de bière x2) » mais tu sens que pendant 10 jours, tu vas boire, manger et sniffer de la FDV à toutes les sauces. Cesse donc de stresser car l’Alcazar a prévu un petit guide pour supporter plus facilement cette édition 2017 placée sous le thème de Cuba et des jeux de mots à la con.

Lire la suite

Chrisitan-constantin-

[Indignation] Mécontent de la hausse des primes d’assurance-maladie, le Valais menace d’envoyer Christian Constantin renégocier les tarifs

Si le chiffre était attendu, le canton du Valais s’est dit « extrêmement mécontent » de cette hausse de 5,9% pour un assuré adulte et de 7% pour les enfants. « Nous avons fait savoir au Conseil fédéral que nous n’hésiterons pas à envoyer Christian pour renégocier ces chiffres », relate le canton dans une missive au ton très acerbe. Et les élus de préciser : « on l’a vu, quand ça touche aux enfants, CC n’est pas un enfant de chœur ».

Lire la suite

Women’s_History_Month_Art_And_Feminism_-_02

Une association féministe veut interdire l’expression « Ciao bonne »

« Quand une expression dénigrant la femme devient à ce point banal, c’est un signal alarmant que toute la société se dérègle. » C’est par ces mots que l’association « Womanocry » a décidé de s’exprimer par le biais de sa porte-parole Guenièvre Arlettaz. Dans son viseur, l’expression bien connue sous nous latitudes : « Ciao bonne ». Pour l’association, ces deux mots mis ensemble représentent une atteinte à la dignité des femmes puisqu’ils dénigreraient le genre féminin en l’associant à de la vulgarité.

Si les Valaisans ont pris l’habitude de s’exprimer ainsi pour saluer et prendre congé d’une personne leur étant familière, tout porte à croire que l’origine de « Ciao bonne » soit de nature sexiste développe l’organisation féministe. Cette dernière va même plus loin en proposant tout simplement son interdiction et une dénonciation pénale à qui entraverait ladite interdiction.  Rappelons que l’article 261 bis du Code pénal suisse prévoit des peines privatives de liberté allant jusqu’à 3 ans pour « celui qui aura publiquement, par la parole, l’écriture, l’image, le geste, par des voies de fait ou de toute autre manière, abaissé ou discriminé d’une façon qui porte atteinte à la dignité humaine une personne ou un groupe de personnes en raison de leur race, de leur appartenance ethnique ou de leur religion ». Par cette action, l’association « Womanocry » lance un gros pavé dans la mare valaisanne. Si l’affaire devait prendre une tournure sérieuse,  les discussions dans le Vieux-Pays pourraient être bouleversées à jamais.

Léodagan Genolet

avion

[Nuisances sonores] Les organisateurs du Breitling Air show en passe de réaliser que tout le monde les déteste

« Mais c’est fini ce boucan » ? Pourtant confortablement installé sur une terrasse de la place du Midi, Pierrot fulmine. « Si je prends l’avion, c’est pour aller d’un point A à un point B. Eux, sont les politicards du ciel, ils ne font que tourner en rond ».

À l’instar de ce Sédunois mécontent, ils sont de plus en plus à remettre en doute l’intérêt du meeting aérien. À tel point qu’ils ont dorénavant formé un comité. Symbolique baptisé « Air conditionné », le collectif pèse aujourd’hui quelque 13 000 membres.

« Une démarche avant tout écologique »

Et son président, Steve Felley, entend bien faire valoir son argumentaire. « Ils me tapent tellement sur le système avec leurs avions que je suis obligé de prendre mon 4X4 pour aller au chalet. Et autant te dire qu’elle ne consomme pas comme une Fiat Punto. Tu vois le drame écologique qu’ils me font faire ? », lâche ce robuste bonhomme visiblement au bord des larmes.

Contactée par téléphone, la direction de l’Air Show a tenu à rappeler que l’organisation était « propriétaire du ciel valaisan » et que les éventuels faiseurs de troubles seraient parachutés à Martigny puisque leurs revendications n’étaient que du vent.

Caliméro Fournier