Archives mensuelles : juin 2017

Alcazar photo

[Insolite] Il voulait suivre le FC Sion à Lens, il finit au Pas-de-Calais en France

Il voulait suivre son équipe fétiche au Stade du Christ-Roi à Lens, il termine à Lens en France après 8 heures de route. C’est la folle histoire de Jordan, 26 ans, qui a vécu une journée assez particulière samedi.

Ce samedi, le FC Lens organisait son 70ème anniversaire. Au programme, plusieurs matchs dont un joli FC Sion-FC Chiasso qui a attiré 1000 spectateurs. Ils auraient pu être 1001 si le GPS de Jordan n’avait pas joué des tours. Voulant profiter de la journée au frais dans la commune de la Louable Contrée, Jordan quitte son domicile saillonin vers 11h. N’étant pas sûr de la route, il programme son GPS avec Lens comme destination finale et s’élance avec sa Golf GTI. Seulement, le malheureux n’avait pas remarqué que la destination de son GPS était en réalité la commune de Lens, dans le département du Pas-de-Calais en France. Mais comment a-t-il pu rouler des heures sans se rendre compte de son erreur ? Jordan nous explique : « Je savais qu’il existait un raccourci, alors je me suis dit que c’était peut-être plus rapide en direction de Martigny. Et de fil en aiguille, bercé par les mélodies endiablées de ma playlist de Patrick Sébastien je me suis retrouvé en France ».

Malgré la déception d’avoir raté la première sortie de la saison 2017-2018 du FC Sion, Jordan préfère en rire. Il a profité de cette escapade inattendue pour visiter la ville de Lens et a même eu l’occasion de faire connaissance avec des gens du coin comme il nous le raconte : « J’ai pas passé inaperçu avec ma Golf modifiée. Un type est venu me parler et m’a invité à un concours de Tunning le lendemain. Non seulement j’y suis allé, mais en plus j’ai remporté le 1er prix de l’originalité des bagnoles grâce à la queue de renard accrochée au réservoir à essence que j’avais installé récemment ». Dans sa malchance, Jordan aura vécu une belle aventure qui ne manquera sûrement pas de raconter à ses enfants dans quelques années.

Djayzie Moix

lausanne1

« Fuck you, je suis un fan du Lausanne-Sport » : l’acte héroïque d’un Vaudois face à des voleurs de tracteur à Echallens

Les actes héroïques semblent faire des émules. Après le supporter de Millwall en Angleterre qui a combattu à mains nues trois terroristes armés de couteaux samedi soir, un Vaudois de 29 ans a usé du même stratagème pour affronter deux individus qui tentaient de dérober un tracteur mardi à Echallens. L’Alcazar a rencontré Josué, ce supporter du Lausanne-Sport qui a fait preuve d’un courage inouï pour arrêter les malfrats. Reportage.

Il était 23h30 mardi soir dans la commune d’Echallens, dans le Gros-de-Vaud, quand Josué promenait Couscous, son Jack Russel de 3 ans sans imaginer une seconde ce qu’il allait vivre. Arrivé à proximité d’une ferme, il entend un bruit suspect. Habitué des lieux, il est persuadé que les propriétaires ont fermé boutique à cette heure-ci. Consciencieux, Josué décide immédiatement de s’approcher de la ferme pour en avoir le cœur net. Surprise, il tombe sur deux hommes parlant une langue étrangère qui tentent de subtiliser l’un des tracteurs de la ferme. « J’ai tout de suite couru dans leur direction sans réfléchir » nous raconte Josué. Comme j’ai vu qu’ils ne parlaient pas français, j’ai essayé de brailler en anglais. Malheureusement, ayant arrêté l’école à 14 ans, je n’ai jamais bénéficié de cours dans cette langue alors j’ai crié comme j’ai pu : « Fuck you, je suis un fan du Lausanne-Sport » avant de choper une grelinette qui trainait là et de leur foncer dessus. » L’acte du jeune homme est héroïque puisque les propriétaires de la ferme, réveillés par le vacarme, ont soudainement accouru et ont appelé la police cantonale. Cette dernière a  pu embarquer les deux brigands.

Le brave vaudois souffre de contusions aux jambes et de quelques griffures au visage dues à l’altercation avec les deux malfrats. Très chaleureusement remercié par la police et les propriétaires, Josué devrait recevoir prochainement des mains des autorités une distinction pour son acte de bravoure.

Paulan Grobéty

 

 

etudiants

[Formation] 86 % des étudiants ne sont pas conscients que d’ajouter « juste » devant « rendre mon mémoire » ne diminue pas la masse de travail

Tôt ce mercredi matin, l’Office fédéral de la statistique (OFS) a fait une annonce qui a profondément ébranlé le monde éducatif. Dans les Hautes Écoles comme dans le milieu académique, une écrasante majorité des étudiants estime que d’ajouter un « juste » avant « rendre mon travail » diminuerait sensiblement l’ampleur de la tâche. « Pour résumer, ces branlafates sont déjà incapables de changer une ampoule, mais ils prouvent aussi qu’ils ne sont pas en mesure de réfléchir », s’emporte Christophe Darbellay, conseiller d’État notamment en charge de la formation.

« On ne pouvait pas savoir »

De leur côté, un comité d’étudiants valaisans s’est défendu par voie de communiqué en faisant savoir au conseiller d’État qu’ils « ne pouvaient pas savoir », et qu’ils « déploraient l’attitude condescendante de M. Darbellay ». Un appel à la destitution de l’élu a par ailleurs été lancé.

Mémoires reportés

Pour la plupart des étudiants du Vieux-Pays, il ne sera pas possible de rendre le travail final dans les temps. Reste que dans les faits, ils sont (très) peu à se plaindre. « Oh vous savez, 2017 n’est qu’une année parmi tant d’autres. La plupart d’entre nous se sont donnés jusqu’à 2020 pour rendre le premier jet », relève un futur aspirant au diplôme.

Caliméro Fournier