Archives mensuelles : février 2016

Alain Rouiller

[Site de rencontre] La plateforme AdopteUnVigneron.com voit le jour en Valais

On connaissait Tinder, AdopteUnMec, Meetic ou encore Badoo, ces sites de rencontre ont désormais leur équivalent valaisan. En effet, samedi dernier, la start-up AdopteUnVigneron.com a été créée par deux jeunes de la région.

C’est un pari fou que se sont lancés Jean-Mouloud Berclaz et Tristan Riand. L’un est informaticien, le second encaveur-vigneron. Il ne leur restait qu’à mettre leurs compétences et leurs talents en pratique ensemble pour créer ce remarquable projet. Les deux protagonistes se sont confiés à l’Alcazar quelques jours après le lancement du projet. « On savait qu’il y avait un marché important en Valais. Si ici on a plutôt tendance à se rencontrer autour d’un verre dans une fête ou un bar, notre idée était d’abord de créer quelque chose de sérieux, basé sur des profils d’utilisateurs en gardant un esprit détendu. » révèle Tristan.

Syrah ou Gamay ? Amigne ou Petite Arvine ?

Ce qui change des sites traditionnels de rencontre c’est la personnalisation spécifique qu’offre AdopteUnVigneron (AUV). En effet, le site web propose de multiples fonctions dans la recherche de partenaire. Adieu les critères tels que la couleur des cheveux, les hobbys ou la silhouette désirée. AUV vise à trouver des points communs en rapport au champ lexical vinicole. Lorsque vous vous inscrivez sur la page web de la start-up, vous devrez choisir vos préférences. Syrah, Gamay ou Pinot Noir ? Johannisberg, Petite Arvine ou Amigne ? Autant dans les vins blancs que dans les rouges, vous aurez la possibilité de rencontrer des gens avec les mêmes affinités que vous. Des affinités qui pourront peut-être déboucher sur de grandes histoires. Les deux jeunes Valaisans ne comptent pas seulement viser les encaveurs-vignerons ou cavistes mais tout un chacun se sentant passionné par le vin. Non seulement les critères de recherches toucheront vos cépages favoris mais une autre rubrique prévoit d’énumérer vos caves préférées. Une dernière enfin, sous couvert d’une touche d’humour, propose de lister vos trois plus grosses cuites mémorables avec un petit texte d’explication prévu à cet effet.

Depuis samedi, le site compte déjà plus de 140 utilisateurs. Un chiffre très encourageant selon les deux entrepreneurs. Mais ces derniers ne comptent pas en rester là. Ils projettent déjà une multitude de plateformes personnalisées. Jean-Mouloud précise : « On songe également à créer dans le futur des sites semblables comme « AdopteUnAgriculteur » ou encore « AdopteUnTaxidermiste ». Notre créativité n’a pas de limite. » Et de poursuivre: « Et pourquoi ne pas développer l’application « AdopteUnVaudois » ? » avant d’être interrompu et remis à l’ordre par son collègue Tristan.

Sheldon Papilloud

Viaggio Routard

[Sion] La boîte à bébés notée 5 étoiles sur TripAdvisor

Installée depuis le début du mois, la première boîte à bébés de Suisse romande a d’ores et déjà séduit les utilisateurs du site de conseils en ligne. Témoignages.

Edmond Carruzzo est sous le charme. Ce promoteur immobilier fait partie des 563 internautes qui ont donné la note maximale à la boîte à bébés sur TripAdvisor. « Je suis allez y faire un tour, par curiosité. Difficile d’en croire mes yeux. La place est douillette et accueillante. Isolée et sans vis-à-vis direct, elle offre une précieuse intimité. À titre de comparaison, la boîte équivaut à un studio d’une valeur mensuelle de 900 francs sur le canton de Genève. Sauf que là, c’est gratuit ! Je ne savais pas quoi faire de Nolan, mon petit neveu qui vient me rendre visite ce week-end, mais maintenant… » confesse-t-il en arborant un rictus malfaisant.

Le système de la boîte à bébés comporte néanmoins une faille béante. C’est ce qu’a décelé Frank Pernet, un quarentenaire en recherche d’emploi. Lui aussi a attribué la note maximale sur TripAdvisor, mais ses motivations sont à chercher ailleurs. « Le sujet est tabou. On ose pas dire – balance ton gosse et fous le camp –. On va soigner la forme et dire – ôtez-vous d’un fardeau trop lourd à porter –. On conjugue métaphore et euphémisme pour éviter de froisser la sensibilité de tout un chacun ». Et c’est précisément cette formulation nébuleuse qui a inspiré Frank. « C’est simple, j’ai déposé ma déclaration d’impôts – que j’estime être un fardeau trop lourd à porter – dans la fameuse boîte. Maintenant, l’hôpital de Sion est légalement contraint de s’en occuper à ma place » jubile le stratège.

Contactée par téléphone, la direction du centre hospitalier s’est dite « surprise par la démarche » mais reconnaît « avoir les mains liées et devoir s’acquitter de son engagement ».

Caliméro Fournier

migrants

[France] Un groupe de réfugiés en grève remporte le Prix de l’Intégration 2015

GRENOBLE – Ils s’appellent Hassan, Tarek, Tekea, Ahmed ou encore Hanan, ils sont Syriens, Afghans et Érythréens et ce samedi ils sont devenus, à leur insu, les nouveaux vainqueurs du Prix de l’Intégration du département de l’Isère en France. Revenons sur cette incroyable histoire.

Tout débute durant l’été dernier quand les réfugiés du centre de Grenoble se voient bannir le droit à leur téléphone durant la nuit. La colère commence à gronder dans le foyer. Puis, début septembre, les autorités sont contraintes de supprimer les petits-déjeuners par manque de budget et d’entasser les migrants par groupe de six dans des chambres de 12 mètres carrés. Ça en est trop pour les demandeurs d’asile et ils comptent le faire savoir. Un collectif se crée rapidement avec l’aide de Welcome, une association d’aide aux réfugiés. Ce collectif, emmené par leur porte-parole Hassan, entame des pourparlers avec la municipalité iséroise. Le résultat ne sera que peu reluisant. Cependant, le groupe de réfugiés n’abdique pas pour autant. Après de multiples tentatives de dialogues qui n’aboutiront pas, les migrants décident de se mettre en grève générale. Cela signifie simplement qu’ils ne feront plus les corvées comme le ménage, le nettoyage ou encore qu’ils ne donneront plus de coup de main pour la préparation des repas avec le personnel du centre.

Le collectif, une nouvelle fois épaulé par l’association Welcome, publie un communiqué destiné aux médias dans lequel il explique la démarche de la grève. Immédiatement, les syndicats s’empressent de témoigner leur soutien aux migrants. C’est le début d’une nouvelle bataille. Une bataille qui durera près de cinq mois, avant que les autorités décident de faire marche arrière et de remettre en vigueur les conditions du début de l’année 2015. Un projet d’agrandissement du centre a même été lancé par la Municipalité. Le collectif s’est évidemment déclaré soulagé par ces mesures prises et a décrété l’arrêt de la grève.

C’est grâce à cette grève que le groupe a été primé du Prix de l’Intégration 2015 ce samedi à Grenoble. Jean-Christophe Langoisseux, membre du jury, a dévoilé après l’élection : « En si peu de temps, organiser une grève, réunir les syndicats et créer de la tension dans tout le centre, c’était fort de café. Et ils ont démontré à toute la France qu’on pouvait s’intégrer à nos coutumes rapidement. »  Mais ce qui a motivé le jury de récompenser ces réfugiés en grève c’est leur détermination : « On avait affaire à des coriaces, à des gens qui ont fuit un pays en guerre. Ils ont même réussi à prendre en otage un membre de la Préfecture en visite dans le centre. Le collectif a rapidement menacé qu’il n’hésiterait pas à arracher la chemise de la victime et à diffuser les images de la scène. Avec une mentalité pareille, on ne pourra qu’en faire de bons Francais » termine Jean-Christophe, encore tout ému par la fantastique histoire de ces demandeurs d’asile.

D’après nos sources, le collectif aurait reçu ce prix à l’intérieur du centre ce matin. Des négociations seraient en cours dans le but d’accélérer leur démarche en vue de l’obtention d’un permis provisoire. Le Front de Gauche a même réagi en sommant François Hollande de leur octroyer une naturalisation immédiate. Et toujours selon nos sources, Hassan, le leader du collectif, aurait décroché un CDD de 6 mois en tant que stagiaire au sein de la CGT.

Tapasranjan Pannatier

 

IMG_3688

[Justice] La Dent-Blanche attaque un Evolénard en justice pour harcèlement.

Brandon Maître, employé à la Coop d’Evolène a eu une bien mauvaise surprise vendredi dernier.  En effet, en relevant son courrier le matin, il reçoit un recommandé du Ministère public. Le jeune homme, très inquiet, se rend rapidement à la poste pour retirer cette mystérieuse lettre. Il l’ouvre et la lit immédiatement après l’avoir prise des mains de la postière, Jeannine.

Brandon n’en revient pas. Il apprend qu’il est convoqué au Ministère public car la Dent-Blanche aurait porté plainte pour harcèlement. Le jeune homme est désemparé, comment la montagne qu’il aime tant peut-elle ne pas lui rendre cet amour ? Brandon atterré par cette nouvelle est obligé de prendre sa journée.

Malheureusement pour lui les ennuis ne font que commencer. À peine rentré chez lui, la police perquisitionne son domicile. Selon des sources policières proches de l’enquête plus de 300’000 photos de la Dent-Blanche auraient été retrouvées sur les disques durs de l’accusé. Que ce soit des clichés depuis Chemeuille, en passant par ceux avec le lac d’Arbey, les policiers ne savent plus où donner de la tête. De plus l’intéressé prenait aussi un malin plaisir à se mettre en scène avec la pauvre montagne, et parfois pour la provoquer encore plus, il rajoutait son Impprezz’ au cliché.

Nous avons pu, grâce à notre stagiaire non-payé Paul-Loup, féru d’alpinisme, contacter la Dent-Blanche qui a accepté de témoigner.
« Je n’en pouvais plus de ces gens qui prennent 50 photos de moi par jour, alors qu’ils en ont déjà des centaines de moi. Tellement les photos sont fréquentes, j’ai déjà perdu un mètre et mon glacier de Manzette a perdu beaucoup de poids à cause des ondes de chaleur émises par les flashs »

Toutefois, elle admet que la plainte visant uniquement Brandon est peut-être injuste. « C’est vrai ce n’est pas le seul à prendre des photos de moi, mais ces jeunes avec leurs subarus m’insupportent plus particulièrement. »

L’affaire risque de faire couler de l’encre, les habitants du « plus beau village de Suisse Romande » peuvent être inquiets car si la Dent-Banche gagne, le jugement peut faire jurisprudence, et 99.5% des locaux risqueraient de devoir payer des dédommagements pour tort moral à ce mythique sommet.

Germain Bornet

fast-78493_640

[Religion] Seuls 15% des Valaisans réussiront leur carême de l’alcool.

Carnaval est une période très intense pour le peuple valaisan. En Valais, ces festivités commencent en général le jeudi soir et se terminent le mardi soir, ou plus traditionnellement nommé le Mardi Gras. La pression sociale amène plus de 80% des Valaisans à sortir au minimum 4 soirs pendant Carnaval.

Après le Mardi Gras vient le Mercredi des Cendres, jour qui marque le début du Carême. Le Carême dure 40 jours, où le fidèle devra faire pénitence. Plus vulgairement, l’on se prive de quelque chose que l’on aime afin de pouvoir mieux se recueillir.

En Valais, beaucoup sont épuisés par les excès de Carnaval et décident de faire un Carême de l’alcool, très souvent sur le coup de maux de têtes persistants. Cependant, l’Alcazar, ayant peu foi en le peuple valaisan concernant l’alcool a enquêté sur la proportion de ces voeux qui sont respectés. C’est pourquoi nous avons contacté l’Observatoire de la Consommation d’Alcool Cantonal (l’OCAC) basé à Evolène, qui par son incroyable travail quantitatif de sondage et de questionnement du peuple valaisan, nous a fourni des chiffres très fiables.

Statistiquement pour l’année 2015, 2/3 des Valaisans qui faisaient le carême se privaient d’alcool, et 1/3 d’autres plaisirs. Sur ces 2/3 toujours selon l’OCAC, 14% ne réussiraient pas leur challenge le jeudi matin lors du traditionnel café goutte, pour bien commencer la journée. La raison évoquée le plus souvent est un simple oubli des promesses de la veille.

Puis, 1/3 craquerait le vendredi à 14h30 lors du traditionnel apéro de fin de semaine. Parmi ceux-là, plus de 86% des concernés seraient fonctionnaires. En effet, il est dur de refuser un verre proposé par un collègue. Dans ce cas, la véritable institution qu’est l’apéro exerce une pression sociale qui serait mise en cause pour la consommation d’alcool.

Le samedi soir annonce l’échec de 1/4 des personnes, principalement les jeunes lors de leur sortie hebdomadaire, et qui réalisent qu’il n’est tout simplement pas possible pour eux de s’amuser sans boire en soirée.

Finalement, 13% des sujets cèderaient au manque insoutenable lors des cinq dernières semaines de pénitence. Dans cette situation, l’OCAC évoque des raisons physiologiques. Le corps de certains Valaisans fonctionnerait moins bien sans alcool, et ils seraient obligés de boire pour leur survie.

Cela nous laisse 15% des cas qui réussissent leur Carême, grâce à une force mentale hors du commun. L’Alcazar leur adresse toutes ses félicitations et espère qu’ils arriveront à rééditer cet exploit hors-norme cette année, et que cette année plus encore réussissent ce Carême.

Germain Bornet

solarium-1064815_640

[Grône] Il devient multimillionaire après l’ouverture d’un solarium

Steve Neurohr, anciennement jeune étudiant en Hautes Études Commerciales à Saint-Gall a ouvert, il y a 6 mois maintenant, le premier solarium de la commune.

Le succès a été immédiat. Après une semaine d’ouverture, il fallait déjà 2 mois de patience afin de pouvoir obtenir une place pour un bain d’UV. La demande surpassait tellement l’offre que le jeune entrepreneur a rapidement décidé d’ouvrir non pas 1 mais 4 établissements supplémentaires, qui affichent aussi en permanence complet.

L’équipe de l’Alcazar a pu joindre par téléphone le richissime jeune homme pour lui demander comment il avait eu cette fabuleuse idée. Voilà sa réponse : »Pendant mes études, j’avais la possibilité de faire un échange pour travailler moins, alors je suis parti en Suède. Quand j’étais là-bas, pendant l’automne et l’hiver les gens se plaignaient qu’il n’y avait pas de soleil. Moi je pensais que c’était normal, où j’ai grandi y’a jamais de soleil non plus, des fois 30-40 minutes en été, mais pas tellement plus. Sauf que là-bas les locaux, ils allaient tout le temps dans les solariums, ça leur faisait du bien apparemment. Alors, j’ai pensé que ça pouvait aussi marcher dans mon village natal, mais je m’attendais pas à devenir millionnaire comme ça. »

Steve, très visionnaire, prévoit d’ouvrir très prochainement d’autres établissements, notamment à Salins, Saint-Maurice ou encore à la Luette. Il compte aussi proposer des injections de vitamine D, ce qui devrait aussi très bien fonctionner.

Selon Forbes, si le jeune homme continue sur sa lancée il pourrait devenir très prochainement le Valaisan le plus riche de l’histoire.

Germain Bornet

tookapic

[Ski] Une touriste avoue ne pas avoir cédé aux avances de Jean-Jo son prof de ski

CRANS-MONTANA – Un drôle de récit est arrivé cette semaines aux oreilles de la rédaction. Une histoire reportée par Pilou (alias Philippe) « Durant la période d’hiver tout le monde m’appelle Pilou » . En effet une touriste aurait selon Pilou résisté aux avances de Jean-Jo (alias Jean-Joseph). Nous décidons de faire le trajet jusqu’à Montana pour apprendre davantage sur cette improbable histoire.

Flexion, extension et planté du bâton d’exception, nous reconnaissons aisément Jean-Jo au lieu de rendez-vous prévu. Nous le rejoignons à l’after-ski du coin. Avant de parler de cette histoire d’échec sentimental, il se dirige vers la table « réservée : profs de ski » pour saluer ses collègues Riton, Jb, Polo, Popeye et le reste de l’équipe.

Triste mine, Jean-Jo se confie : « C’est vraiment une année difficile, déjà que depuis cette année on doit payer l’abonnement plein pot, que la neige était aux abonnés absents jusqu’à janvier voilà que maintenant l’aura du prof de ski s’effrite… » . Sa phrase est couverte  par les rires de Jéjé la glisse, le prof de snowboard encore hilare de la mésaventure de notre pauvre Jean-Joseph. « Pourtant tout avait bien démarré, j’avais affuté ma plus belle approche au rendez-vous le matin à 08:00 au bas des télécabines de Cry d’Er. C’était une belle italienne, je me rappelle plus de son prénom mais de toute façon je les appelle toutes Francesca. Très vite je lui ai fait mon mon plan classique. Une ou deux montée en télécabine et en général l’affaire est dans la poche. Je lui montre comme je skie bien et de temps à autre je m’occupe de corriger ses quelques lacunes. » En fin de journée Jean-Jo tente d’inviter la femme à l’après-ski mais elle refuse prétextant de devoir rejoindre son petit ami. « J’étais sous le choc, c’est une sacrée désillusion j’avais déjà prévenu tout les copains profs de ski que là je tenais une bien belle Francesca. » 

Innocent Dubuis

 

cc-JET

Le jacuzzi de son jet privé n’était pas à la bonne température : le voyage de Christian Constantin vire au cauchemar

Sombre histoire qu’a vécu le président du FC Sion, Christian Constantin, la semaine passée. Alors qu’il partait pour la Grèce recruter un énième transfuge, son jet a connu une mésaventure. Quelques jours après ce drame, CC a voulu témoigner bien qu’encore sous le choc de sa terrible péripétie.

Tout avait pourtant bien commencé ce jeudi 28 janvier pour le président du club sédunois. Il avait embarqué peu après midi à l’Aéroport de Sion dans son jet. Le ciel était teinté d’un bleu rayonnant comme souvent en Valais, mais rien ne pouvait présager ce qui allait se passer. Comme pour tous les voyages dépassant deux heures de trajet, Christian Constantin décide de se rendre dans son jacuzzi pour se détendre. C’est à ce moment que son voyage tourne au cauchemar. Le mercure du thermomètre placé sur la paroi du jacuzzi indique une eau à 29°C. Le choc est terrible quand il trempe son pied droit à l’intérieur. « Moins une et c’était l’hydrocution » sanglote l’empereur martignerain avant de poursuivre : « Même en réinitialisant la machine, impossible de la faire fonctionner. J’ai dû me résoudre à finir le trajet assis sur ce vulgaire siège en cuir. En arrivant en Grèce heureusement que Panagiotis (ndlr: un homme à tout faire grec) est monté réparer le jacuzz’ pour qu’au retour je puisse me ressourcer à nouveau. »

Malgré cet heureux dénouement, un profond goût d’amertume persiste dans le cœur de Christian Constantin. Plus rien ne sera jamais pareil pour lui. « Parfois je me réveille la nuit en sursaut en repensant à ce voyage en Grèce » détaille l’architecte octodurien encore abasourdi de cette péripétie. A l’approche du déplacement à Braga en coupe d’Europe, la crainte d’un nouvel incident hante CC : « Oui Panagiotis a remis à neuf le machin, mais bon il est Grec et on sait assez entre les grèves et la crise comment ils fonctionnent. » conclut-t-il l’air dubitatif.

Masturbin Evequoz

 

16526293136_d035f3b90d_z

[Insolite] Saint-Maurice remporte la coupe d’immonde des communes pour la première fois de son histoire !

HERZOGENBUCHSEE- Qui l’aurait crû ? Peut-être quelques Sédunois travaillant dans la bourgade bas-valaisanne mais surement pas les Saint-Mauriards. Hier avait lieu la traditionnelle coupe d’immonde des villes et villages de la section Suisse. Et ce n’est pas Reconvillier (ndlr: quadruple champion suisse en titre) qui s’est imposé mais bel et bien la ville de St-Maurice.

Revenons sur cette folle soirée qui avait lieu hier à Herzogenbuchsee . La concurrence était pourtant rude pour la localité agaunoise, mais cela ne l’a pas empêché de finir sur la première marche du podium des villages les plus laids et moins agréables à vivre de Suisse. Saint-Maurice était en lutte féroce avec Reconvillier, son dauphin, pendant toute la durée du concours. L’absence de soleil entre 13h00 et 15h00, la difficulté à observer le ciel sans risquer d’attraper un torticolis et le manque de manifestations extra-ecclésiastique auront fait basculer les notes du jury en faveur du bled valaisan. Ce que confirme Jurgen Stoeckli, membre dudit jury : « Quand on a vu que la dernière fête à St-Maurice était la Journée des Joutes Sportives organisé par les troubadours du village en 1465, on s’est tous dit que St-Moss serait un candidat parfait au titre de la coupe d’immonde 2015. »

Avec ce titre, Saint-Maurice aura l’occasion de rentrer dans la cour des grands. En effet, il est automatiquement qualifié pour la phase finale de la coupe d’immonde qui aura lieu le week-end du 26-27 mars à Dunkerque (ndlr: vainqueur l’an dernier). La municipalité chablaisienne aura donc l’occasion de devenir encore un peu plus prestigieuse et elle pourra peut-être espérer attirer des curieux des quatre coins du monde. Si les autorités villageoises n’ont pas souhaité réagir, l’Etat du Valais a, quant à lui, immédiatement communiqué en empruntant un ton humouristique. Après avoir pris acte du résultat, le Canton a proposé de changer le surnom de la bourgade qu’on surnomme « Saint-Moss » en « Saint-Moche ». Il n’en faudra sans doute pas plus pour les détracteurs de St-Maurice pour retenir et diffuser ce facétieux sobriquet.

Safran Roduit