Archives mensuelles : janvier 2016

domi_riser

[Scoop] « L’or blanc a attendu que les Vaudois partent »

Lundi matin, 11 heures, réveil difficile et réveil de reprise pour la rédaction de l’Alcazar qui aperçoit avec surprise que la neige est enfin là.

Est-ce une simple coïncidence qu’elle se décide de tomber un jour de reprise ? Nous avons tenté de mener l’enquête.

Nous décidons de nous rendre à Ovronnaz, afin d’avoir plus d’informations sur ce phénomène, et le moment choisi par le ciel pour y déverser ces larmes blanches. Nous partons à la rencontre de Jean-Lucien Chatriand, responsable de la buvette du téléski de Petit-Pré chez TéléOvronnaz depuis plus de vingt ans. « Des hivers difficiles, sans neige, j’en ai vu, mais jamais comme cette année. Vous savez, mon secret pour faire venir la neige c’est de lui parler de la même manière qu’un jardinier parle à ses plantes. Il faut lui demander de venir et surtout se montrer patient et respectueux. Moi, par exemple, je regarde toujours en direction du Petit Muveran et je lui demande de nous amener l’or blanc. Mais cette année rien ne fonctionnait. Je me suis très vite méfié des Vaudois et de leurs plaintes à répétition. Dès que le temps semblait propice, une réclamation vaudoise venait faire disparaitre les premiers nuages neigeux. Dès le dimanche soir, j’ai vu le temps changé, c’est certain l’or blanc a attendu que les Vaudois partent avant de tomber. » avant de conclure de manière philosophique « Vous savez la pluie, la neige et le beau temps ça s’apprivoise. » Et les Genevois ne se plaignent-ils pas ? « Par expérience, quand les genevois se plaignent c’est plutôt le soleil qui décide de ne plus revenir. » De mauvaise augure pour l’ultime semaine de vacances des Genevois.

« Neige en janvier, blé au grenier » voilà un dicton bien menteur pour les stations valaisannes qui attendaient ces flocons depuis plusieurs semaines et qui vont enfin pouvoir commencer à faire du business.

Innocent Dubuis

 

Matthias Burch

[Insolite] Un Sédunois découvre que le Valais ne s’arrête pas au tunnel de St-Maurice

« Vingt-cinq ans que j’habite le canton et c’est seulement maintenant que je me rends compte qu’ils sont autant valaisans que nous« . C’est par ces mots que s’est exprimé Alexandre Sartoretti, sur sa page Facebook.

Il faut dire que ce Sédunois ne s’est jamais vraiment intéressé à eux. « Vous savez, pour nous le Valais, c’est de Sierre à Riddes. Après, on savait tous que Martigny malgré leur micro-climat ou Brig malgré leur dialecte incompréhensible appartenaient aussi au Vieux-Pays mais alors le Chablais valaisan, j’ai vraiment cru à une plaisanterie » nous confie-t-il, attablé à une terrasse de la Place du Midi. C’est en rencontrant une demoiselle originaire de Vionnaz qu’Alexandre se rend compte de la découverte. « On a eu un match sur Tinder ensemble. Elle trainait par Sion ce jour-là, moi évidemment aussi » poursuit le Sédunois. Après quelques messages, les deux jeunes décident d’aller boire un verre pour mieux se connaître. La jeune femme lui explique être originaire de Vionnaz. « Là je me suis dit : Et merde, encore une vaudoise. Je l’ai charriée un peu sur son canton, comme d’hab » rigole Alex. Mais la Vionneroud se vexe rapidement et lui fait comprendre qu’elle est valaisanne et fière de l’être. L’habitant de la capitale réplique avec d’autres vannes en tenant bon que non, le Chablais n’appartient pas (encore) au Valais. Et là c’est le drame, Véronique*, lassée par ces propos, quitte le bistrot prématurément.

Pour Alexandre c’est l’incompréhension. Persuadé d’avoir raison, il décide quand même de consulter sur l’internet de son natel pour vérifier. Après avoir visité plusieurs sites différents, le Sédunois tombe des nues. Vionnaz, Vouvry, Monthey et cie font bel et bien partis du Valais. « C’est plus stupéfiant que Bernard Rappaz » s’exclame-t-il. Tout penaud, il profite de son message sur Facebook pour exprimer son mea culpa à tous les bas-valaisans qu’il a traité de vaudois des années durant. Cette mésaventure aura sans doute le mérite de lui servir de leçon.

*prénom connu de la rédaction

Christobal De Riedmatten