Archives mensuelles : décembre 2015

homme

Viré des Urgences de Monthey alors que selon Pitchoune34 du forum Doctissimo, il faisait un infarctus

MONTHEY – Drôle de mésaventure qu’a vécu Jocelyn, un montheysan de 40 ans, en ces périodes de fêtes de fin d’année. Tout débute ce samedi en fin d’après-midi, quand il commence à ressentir des douleurs à l’abdomen. Elles se poursuivent par des nausées et des sueurs froides. Ni une ni deux, le quadragénaire décide de consulter internet. En quelques clics, il se retrouve  rapidement sur le forum populaire de Doctissimo. Et là, c’est le drame pour cet inspecteur de dés dans un casino. Il découvre le message d’une certaine « Pitchoune34 », membre invétérée  du site français. Les symptômes ressentis par Jocelyn correspondent exactement à ceux décrits par la « forumeuse » sur les infarctus. Le sang du valaisan ne fait qu’un tour. De l’anxiété et des vertiges viennent soudainement se rajouter à la liste des symptômes déjà conséquente.

Par chance, Jocelyn n’était est pas seul ce samedi. C’est son ami Rigobert, présent avec lui ce jour-là, qui décide de l’emmener de toute urgence à l’hôpital. Arrivé à l’Hôpital du Chablais, il est rapidement pris en charge par le personnel soignant. Mais après plusieurs minutes d’examens, les médecins constatent que le quadragénaire n’est aucunement en proie à un infarctus du myocarde comme il le répète sans cesse. Peu rassuré, le patient insiste sur le fait qu’internet avait été clair, si on ne le soigne pas rapidement, sa vie peut en dépendre fortement. Il n’hésite pas à dégainer son portable en montrant un « screenshot » du message de « Pitchoune34 » pour étayer son plaidoyer. Mal lui en a pris, les médecins comprennent qu’ils ont affaire à un hypocondriaque, surement sous l’influence de l’alcool. Après de longues minutes de discussions qui vireront à l’altercation, Jocelyn est viré manu militari par la sécurité de l’Hôpital du Chablais.

Scoubidou Mariéthoz

bloggif_5682741e1ddf7

[Sport] Le tournoi Sepp Blatter déplacé d’Ulrichen à Crêtelongue en 2016

Ulrichen, la célèbre patrie du futur ex-suspendu directeur de la FIFA, avait depuis de nombreuses années l’habitude d’accueillir le tournoi Sepp Blatter. La traditionnelle landsgemeinde de fin d’année d’Ulrichen a permis de nous apprendre d’avantage sur le lieu de la prochaine édition.

Hier, se tenait à la Sepp Blatter Halle d’Ulrichen la dernière Landsgemeinde au sujet de la réhabilitation du vote des femmes pour les sujets communaux. Après le refus, à l’unanimité, très vite l’ordre du jour arriva au huitième et ultime point, « Offene Fragen ».

Face à une nombreuse assistance, le cantinier et jardinier du FC Ulrichen, Hans-Rudolf Millius prit la parole : « Notre tournoi Sepp Blatter prend une ampleur mondiale. Afin de faciliter mon travail et de donner une nouvelle dimension au tournoi, j’aimerai que le traditionnel combat de reines de juillet de la Vallée de Conches soit disputé ailleurs que sur le Sepp Blatter Stadium. Je tiens à vous informer que lors du 3ème week-end de juillet le Sepp Blatter Garten serait disponible pour ce genre de manifestation. » Gêné, le président Werner Cina esquissa une réponse maladroite « Nous devons vous informer que le prochain tournoi n’aura malheureusement pas lieu dans notre village, mais à l’établissement pénitencier de Crêtelongue. En effet, Sepp a toujours su profiter de ce tournoi pour se faire des amis, il trouve l’occasion idéale pour sympathiser avec ses futurs amis détenus. Aucune information supplémentaire ne sera communiquée avant la prochaine Landsgemeinde d’avril. Toutefois, Michel Platini tient à être présent pour l’occasion. » 

Abasourdie, l’assemblée prit très rapidement la porte de sortie donnant sur la Sepp Blatter Strasse d’Ulrichen.

Innocent Unschuldig Dubuis

 

15744601411_62a7412e45_z

[Bas-Valais] La commune d’Isérables renommée Iséarabes

Comme à chaque fin d’année, l’État du Valais doit fournir à la confédération une liste précise de ses communes, et cela depuis que les fusions sont de plus en plus fréquentes.

Or, cette année, suite à un malheureux accident d’apéro (un verre de blanc avait détruit l’ordinateur contenant le fichier excel avec toutes les communes), un jeune stagiaire non payé, Brandon avait été chargé de refaire ce fameux fichier. Sa tâche était de simplement recopier le nom des communes. Malheureusement, pour son avenir professionnel à l’État et pour les bédjuis, il a écorché le nom de la commune, en retranscrivant « Iséarabes ». Les autorités cantonales s’en sont rendues compte trop tard et Berne a été clair sur le sujet, il faudra attendre une année pour rechanger le nom du village.

Comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle n’a pas été bien accueillie du côté d’Iséarabes. L’équipe de l’Alcazar a voulu aller prendre la température qui s’annonçait autant chaude que dans le désert du Sahara. Nous avons pu recueillir le témoignage d’un employé communal, souhaitant conserver l’anonymat.

« C’est très dur pour nous, il va falloir changer tous les panneaux qui indiquaient Isérables. En plus, au niveau administratif, on s’en sortait déjà difficilement, mais là ça va nous donner encore plus de boulot. Après ça c’est matériel, le pire c’est pour le moral. Déjà qu’on se foutait de notre gueule parce que bédjuis ça veut dire bédouins, mais maintenant avec ce nouveau nom de village ça va être encore plus dur. Je veux bien que certains du village soient un peu typés, mais on n’a rien avoir avec eux, on a l’impression d’être les dindons de la farce. »

Le village devra être solidaire comme jamais pour surmonter cette épreuve et nous espérons que la faute de frappe ne portera pas trop préjudice aux habitants. Par ailleurs, une famille de bédjuis ayant déjà eu des problèmes pour passer les frontières en raison de son teint très foncé, a même annulé ses vacances aux États-Unis, de peur que le nom de la commune soit mal lu et que le douanier comprenne Is arab.

Nous souhaitons tout de même une toute belle année 2016 aux habitants d’Iséarabes.

Germain Bornet

Capture-dcran-2015-12-25--12.18.50-ConvertImage

[Clergé] Messe de minuit : plusieurs églises évacuées

Hier soir, à l’occasion de la traditionnelle messe de minuit, plusieurs églises du Valais central ont dû être évacuées.
Apparemment, les évacuations d’églises les soirs de Noël sont monnaie courante. Les journalistes de l’Alcazar avaient déjà eu vent de telles rumeurs, et avaient commencé une enquête depuis plusieurs mois, afin de pouvoir comprendre ce phénomène qui écourte certaines messes depuis plusieurs dizaines d’années.

Cette année encore la foudre a frappé plusieurs fois.
Un des journalistes de l’Alcazar avait été envoyé dans une paroisse, dont nous nous devons de taire le nom, bien évidemment contre son gré pour élucider ce mystère.

Voilà un extrait de son récit en exclusivité

« […] Je suis rentré dans ce bâtiment avec beaucoup d’appréhension, tout en prenant bien soin de me mettre bien près de la porte pour pouvoir évacuer la salle le plus rapidement possible. Au début tout se passait normalement, même s’il faisait un peu chaud. Puis, au moment de la communion, lorsque tout le monde a commencé à se déplacer, une forte odeur de fondue bourguignonne s’est répandue dans toute la salle. Vu le nombre de personnes compressées dans l’Église et la moyenne d’âge des fidèles, les premiers évanouissements se sont rapidement produits. Plus les secondes défilaient, plus le nombre de fidèles ayant perdu connaissance augmentait. Ce n’est que quand le seuil habituel de 25% pour une messe normal a été dépassé que le prêtre a ordonné d’ouvrir les portes et d’évacuer l’église […] »

Selon notre enquêteur, ce phénomène se déroule toujours de la même façon, c’est pourquoi il serait simple de l’enrayer. Cependant, les années passent et les messes de minuit continuent d’être écourtées. Nous avons émis plusieurs hypothèses concernant les raisons qui poussent les gens à continuer à manger la fondue bourguignonne le soir du réveillon.

  • Le lobby des bouchers qui veut continuer à vendre de la viande.
  • Les cafés avoisinants les églises pour avoir plus de clients rapidement.
  • Les organisateurs de pèlerinage à Lourdes pour les pèlerins qui voudraient trouver la source de ce mystère.
  • Le lobby de l’alcool à brûler pour maintenir leurs ventes.
  • Le lobby des pommes de terre pour ne pas voir baisser la consommation de frites le soir du réveillon.

Malheureusement aucunes des organisations ci-dessus n’a voulu répondre à nos questions. Nous espérons que l’année prochaine, le peuple valaisan prendra conscience de ce problème de santé publique et fera tout pour qu’il disparaisse.

Ami Papilloud

Logo-HC-Sion-rouge-2013

[HC Sion] : la ligue demande de mélanger les équipes pour que le championnat soit plus serré

Et de 22 ! Les hommes d’Olivier Ecoeur ont fêté leur 22 ème victoire d’affilé dimanche face à Guin. Les sédunois, toujours invaincus cette saison dans ce championnat romand de 1ère ligue, dominent de la tête et des épaules avec 24 points d’avance sur leur dauphin. Cette domination ne plait pas à tout le monde. En effet, les dirigeants de la première ligue de hockey se sont réunis hier soir à Berne pour prendre des mesures face à cette situation dramatique. « Il est anormal qu’une équipe puisse être quasiment sûr de finir première avant même de commencer le masterround  explique Hans-Urs Stoeckli, le chef de la ligue régionale.  Pour l’intérêt de notre ligue, des sponsors et des spectateurs, cette situation n’est plus vivable. Et ne parlons même pas de  voir des valaisans écraser notre division, cela ressemble à un affront pour nous à Berne. »

Les mesures prises par la ligue sont toutes simples et consistent à mixer certaines équipes entre elles. Cinq joueurs seront pris au hasard dans chaque équipe et transférés dans une autre.  Afin de réduire les risques de voir le HC Sion triompher encore, le club de la capitale valaisanne sera également contraint d’intégrer des joueurs provenant de la jeune garniture. Et c’est l’équipe des « Moskito A » (ndlr: classe 2003-2004) qui a été choisie par la ligue de hockey pour évoluer dans la 3ème division Suisse. Le HC Sion devra donc titulariser au moins un joueur de la jeune garde chaque match sous peine de pénalités importantes. La ligue s’est félicitée de ces mesures et espère ainsi voir des matchs plus disputés à la reprise 2016. Par ailleurs le tirage au sort des transferts de joueurs aura lieu ce soir au Ueli Bar & Biergarten d’Interlaken sur les coups de 20h. Rendez-vous pris.

Jean-Cyprien Tridondane

16147241572_b15eb7cf3d_z

[Scoop] un chalet de luxe hors normes puisqu’il les respecte

Plus de six mois de recherche. C’est le temps qu’il a fallu à notre enquêteur Jimmy Micheloud pour trouver LA perle rare: un chalet de haut standing en tous points conforme à la loi. Cette rareté se trouve quelque part dans le val de Bagnes et son propriétaire a accepté de nous ouvrir ses portes. Plans à la main et accompagné de deux architectes, Jimmy Micheloud est revenu convaincu à la rédaction: la résidence de luxe est conforme à la mise à l’enquête, elle suit les plans initiaux, respecte les règlements de construction, la LAT et la Lex Weber. Comment est-ce possible? «En fait je suis un ancien footballeur originaire de Corée du Nord. En 2010, je me suis rendu en camp d’entraînement à Anzère avant la Coupe du Monde en Afrique du Sud. J’en ai profité pour fausser compagnie à la sélection», témoigne le propriétaire qui préfère rester anonyme. S’il a donc suivi scrupuleusement les règles, c’est plus par habitude que par conviction. «Dans mon pays, on vous apprend à filer droit mais, si c’était à refaire, je me laisserai convaincre par les promoteurs… », révèle le nord coréen.

 

Comment ça, notre perle rare a des regrets… !?! «Oui, respecter la loi m’a pris un temps fou. J’ai tout d’abord été harcelé par des promoteurs qui me proposaient des projets plus farfelus les uns que les autres. L’un d’eux m’a dit: on peut facilement ajouter quelques étages en douce. Mais un chalet de sept niveaux dans une station, j’ai trouvé que ça faisait un peu prétentieux. Un autre voulait me convaincre d’installer un jacuzzi pour chiens dans les sous-sols. Si au moins cela attendrissait la viande… » Les sollicitations ont surgi de toute part. «Architectes, promoteurs, maçons et même les employés communaux ont tenté de me convaincre de tricher un peu. On m’a proposé de transformer ma buanderie en bowling mais c’est pas très pratique pour faire la lessive non?», lâche dépité le propriétaire qui n’aime pas revenir sur ses péripéties. Péripéties qui se sont soldées par une décision autant courageuse qu’originale. «Au final, j’ai acheté une boîte de Lego Creator, la 4956 pour être exact et j’ai suivi les plans pour bâtir ma maison…Tout simplement.»

Barthélemy Mivelaz

RhoneFM_Logo_fondnoir

[Insolite] Deux nouveautés musicales dans la même semaine sur Rhône FM !

Incroyable mais vrai ! Cette info nous vient tout droit de Paul-Loup, notre stagiaire non rémunéré. En effet, ce jeune chômeur travaillant pour L’Alcazar est contraint depuis quelques temps d’écouter Rhône FM tous les jours. Pour la petite histoire, il avait laissé tomber son morceau de pain lors notre traditionnelle fondue de fin d’année.

Déjà surpris d’entendre une nouveauté lundi matin, il a été totalement abasourdi après avoir ouïe la seconde innovation passant jeudi en fin de journée. Il n’a pas manqué de nous communiquer immédiatement la nouvelle. La première nouveauté musicale nous venait de l’adorable rappeur français « Kaaris » sur la chanson acoustique « Sinaloa ». Pour la seconde il s’agissait du talentueux « Jean-Pascal », ancien de la Star Academy, avec son hit « L’agitateur ». Une mélodie pourtant pas récente puisque datant de 2003, mais qui, selon nos infos, était une découverte du programmateur de la radio valaisanne.

Paul-Loup, comme beaucoup d’autres auditeurs de Rhône FM d’ailleurs, ont constaté que les chansons diffusées sur les ondes de la radio FM étaient très répétitives. D’après certaines sources aproziennes, le MP3 qu’ils utilisent ne pourrait contenir que 264 MB. Restriction budgétaire oblige, les musiques sont donc contraintes de passer en boucle sur la fréquence 102.8 ou 99.0 de la région sédunoise. Cependant, pour éviter que les musiques ne soient radiodiffusées trop souvent, Rhône FM a décidé d’augmenter la publicité pendant les heures d’écoute les plus fortes. Un geste que les auditeurs devraient évidemment apprécier

Miroslav Saudan

 

COP 21 petit

[COP 21] Les solutions valaisannes

Il n’est pas encore appliqué, que cet accord mondial fait déjà beaucoup parler de lui. Les objectifs de cette convention sont de limiter à 2 degrés l’augmentation des températures d’ici 2100.

Après farandoles et grands banquets qu’en est-il des solutions concrètes et plus particulièrement pour le Valais ? Grâce au remarquable travail d’investigation de l’équipe de L’Alcazar nous pouvons d’ores et déjà vous présenter une série de mesures qui seront appliquées, pour les premières, dès la fin de l’année 2016.

  • En été, les employés d’Etat brasseront de l’air pour le bien de la collectivité
  • L’interdiction des fours à raclette
  • La production d’aliments plus digeste pour nos chères vaches d’Hérens pour éviter les rejets de méthane
  • Atterrissage, à l’aéroport de Sion, avec le moteur coupé en mode planeur
  • Subvention de plusieurs millions de francs pour dynamiser la formation à la peau de phoque
  • Privation d’électricité entre minuit et quatre heure le matin, en station durant la basse saison
  • Le vin valaisan se vendra uniquement en berlingot recyclable.
  • L’expertise deux fois par an des Subaru modèle Impreza
  • Le Rallye du Valais en voitures électriques

Nul doute qu’avec ces pléthores mesures, le Valais fera office de lièvre et d’exemple mondial en matière d’économie d’énergie.

Innocent Dubuis

 

Bale--ConvertImage

[Coupe de Suisse] «A la mi-temps, tout le monde pleurait dans les vestiaires»

Il aura fallu une nuit pour que les joueurs du FC Bâle parviennent enfin à mettre des mots sur le traumatisme subi dimanche après-midi dans l’enceinte de Tourbillon. De retour dans la cité rhénane, le club rouge et bleu a activé une cellule de soutien psychologique pour venir en aide à ses joueurs. Plus que la défaite et l’élimination, c’est le déroulement du match qui a choqué le onze bâlois. Encouragé à se confier, les joueurs ont rencontré notre envoyé spécial Jimmy Micheloud au centre d’entraînement. «Ca fait du bien de pouvoir vider notre sac. Hier, le coach nous a dit de rejeter toute la faute sur l’état de la pelouse mais je sens au fond de moi que je dois aller plus loin dans le processus. Je dois ouvrir mon cœur», a sangloté Bjarnasson. Pour l’Islandais, la mi-temps dans les vestiaires sera difficile à effacer des mémoires: «Tout le monde pleurait. C’était une catastrophe. Rendez-vous compte, on est mené au score. Les Valaisans osent nous tacler. Quand on les tacle nous, l’arbitre siffle faute! Sur une situation litigieuse, comme d’habitude, on a tous été nous plaindre et l’homme en noir nous a ramené à l’ordre. Nous, le grand FC Bâle!»

«En revenant sur la pelouse, j’ai fait un clin d’œil à l’arbitre. Il m’a fusillé du regard. C’était vraiment déstabilisant», se lamente Zuffi. Heureusement, après une demi-heure, le FCB retrouve ses habitudes. «Quand on a marqué sur le coup franc, je me suis dit que les choses allaient rentrer dans l’ordre. On a enfin pu jouer plus relâché. J’étais sûr que l’on allait égaliser sur penalty avec la complicité du trio arbitral. Bon sang, j’ai vraiment pas compris pourquoi l’autre grand pic avec les tatouages de Prison Break a labouré Breel. Je lui ai fait un clin d’œil mais il a pas aimé…», témoigne Suchy.

Pour Safari, c’est surtout la prolongation qui est traumatisante : «Déjà, c’est quoi une prolongation? Personne n’en avait jamais entendu parler. Heureusement, le coach nous a rassurés. Il nous a dit que les choses allaient tourner. Le message était assez évident, on a donc levé le pied mais en face, ils ont continué de courir comme des dératés.» Arrivent les penaltys et là, c’est la terreur qui s’installe dans l’équipe. «Personne ne savait ce que c’était à part Walter Samuel. Il nous a expliqué que l’on allait tirer cinq penaltys. Je lui ai dit qu’un seul suffisait et que cinq, c’était pas forcément discret… Et là il m’a répondu que Sion allait aussi en tirer cinq. Mais qu’est-ce que c’est que ce truc de malades!», fond en sanglots Janko rapidement suivi par ses coéquipiers.

Impossible de savoir comment l’équipe parviendra à reprendre pied. Les vacances de tous les joueurs ont été immédiatement annulées. «Nous avons dû envoyer en urgence une voiture sur l’aire d’autoroute de Martigny. Elneny était parti de son côté pour se rendre plus vite en Egypte, il s’est fait un peu chambrer par les supporters valaisans à la fin du match. On l’a retrouvé enfermé dans un placard en sanglot et déguisé en femme. Depuis il n’a plus articulé le moindre mot», lâche Urs Fischer qui s’attend à des jours difficiles. «On va passer toutes les fêtes ensemble. Le plus important c’est d’en parler mais ce traumatisme mettra long à disparaître…»

Jimmy Micheloud

Capture d’écran 2015-12-13 à 20.41.18

[Coupe de Suisse] Le ballon de Bjarnarson retrouvé à Veysonnaz

Quelques heures après la rencontre au sommet entre le FC Sion et le FC Bâle nous pouvons vous informer que le ballon tiré par l’islandais du FC Bâle, sur son penalty échoué, a bien été retrouvé.

Le ballon de la rencontre a été découvert par Firmin Bornet en plein coeur de la station de Veysonnaz. « Je rentrais tranquillement chez moi après avoir été promener Pamprenain, mon labrador de 3 ans, quand soudain j’ai entendu une grosse détonation, j’ai d’abord cru à la chute d’une météorite mais en m’approchant plus près, Pamprenain m’a ramené un ballon de football. C’est seulement en rentrant à la maison, et voyant ma femme fêter la victoire du FC Sion que j’ai compris qu’il s’agissait du ballon de la rencontre. »

Nul doute qu’un accident a été évité de peu, selon un expert en physique du CERN, un tel objet lancé à une telle vitesse tombant sur une personne ne lui aurait laissé aucune chance de survie.

Innocent Dubuis